ACTUALITÉS IMMOBILIÈRES

0

TENDANCE

Le « Cloud Housing », vous connaissez ? Plus de crédit immobilier et plus de loyer ! Mais du « Co-Housing » ou habitat participatif. On paie selon l’usage que l’on en a, offrant ainsi une flexibilité immobilière à une vie en perpétuel changement. La communauté (l’immeuble) est une petite entreprise qui gère les charge, et veille au bon fonctionnement de l’ensemble (économies d’échelle sur l’énergie, les travaux…) L’idée vient des pays nordiques et se répand en Espagne notamment. Mais elle pourrait intéresser la France et gagner l’Europe tant elle préfigure une autre évolution du marché sous jacente : une vision utilitaire de l’habitat. Une utopie ? Oubliez le Flower Power : bienvenue dans le monde bien réel de « Vélib », « Key lib »… où tout désormais se loue selon l’utilité. Et quand il s’agit de mieux tirer profit de chaque mètre carré… Messieurs les promoteurs, des idées ?

Le « Community Land Trust » progresse : Acheter la maison mais pas le terrain… Voilà une solution venue des Etats Unis qui marche et qui progresse en Europe et en France. L’idée est de proposer, pour l’instant à des personnes aux revenus modestes, d’acquérir leur logement à des prix en dessous du marché, car sans en acquérir le foncier. À la place, ils versent un loyer du sol (location d’emplacement.) Les « organismes fonciers solidaires », chers à Madame DUFLOT, auraient ils quelque chose à y voir ?

MARCHÉ

Pas de redémarrage avant 2015 : C’est l’analyse produite par le XERFI qui voit encore pour 2014 un marché plutôt à la baisse (660000 ventes prévues contre 668000 en 2013), formé de ventes « contraintes » (naissances, mutations, divorces…) plus que de ventes de « confort. »

Le mal logement en France en 4 chiffres…déroutants ! 3.5 millions de personnes y sont confrontées. 1 million de copropriétés en difficulté. 1.22 million de personnes en attente d’un logement HLM. Et 50% de sans abris en plus sur la période 2001-2012… (Source 19e rapport annuel de la Fondation Abbé Pierre)

Maisons individuelles et « primo accédant » en baisse : De 65% du marché, ils ne représentent plus aujourd’hui que 45%. Manque de confiance, chômage, accès (plus souvent sans apport) contraint aux financements forment un tableau déprimant de l’accès à la propriété et du renouvellement des générations, dans un contexte où 77% des locataires (sondage IFOP novembre 2013) espèrent devenir propriétaires… un jour !

TOP 20

C’est en France et assez rare pour le souligner ! Dans le haut du Top 20 des maisons les plus chères au monde, se trouve la villa Léopolda, à Villefranche sur Mer, estimée à 500 millions de dollars.

Votre argent : Taux inchangé des Livrets A. L’arrêté du 28 janvier 2014 maintient le taux des livrets A et d’épargne populaire (LEP) stables au premier semestre 2014, soit 1.25% et 1.75%.

Rentabilité locative : Le calcul d’une rentabilité brute est simple : Loyer x 12/valeur du bien. Mais 5, 6, ou 7% ne veulent rien dire tant la rentabilité brute peut sembler élevée et la rentabilité nette au final être basse. Il faut ensuite soustraire les charges, les taxes et les impôts. Nous ne parlons pas ici des vacances, dégradations des locataires, et autres conflits ! Nous livrons ci-dessus le taux du Livret A comme indicateur… Parfois, ça fait réfléchir…

Hausse des « frais de notaire » : Le texte, validé par le Conseil constitutionnel le 29 décembre 2013, prévoit une hausse des droits de mutation à titre onéreux en permettant aux conseils généraux à relever de 3,8 à 4,5 % « le taux de la taxe de publicité foncière ou du droit d’enregistrement […] pour les actes passés et les conventions conclues entre le 1er mars 2014 et le 29 février 2016 ».

Plus-values immobilières : Dans le cadre de la Loi de finance 2014, les cessions des résidences secondaires donnent toujours lieu à abattements pour durée de détention et exonération totale d’impôt sur le revenu au bout de 22 ans. L’abattement exceptionnel de 25% reste de mise jusqu’au 31 août 2014. Les terrains à bâtir restent eux aussi soumis à abattements pour durée, le gouvernement ayant été censuré sur ce point par le Conseil Constitutionnel.

Texte : Cabinet Expertis / Emmanuel Versini

Emmanuel Versini

Partager.

Répondre