Le jeûne

0

La naturopathie est basée sur la force vitale de chacun, c’est-à-dire la capacité à s’autorégénérer. Elle vise ainsi à renforcer les défenses de l’organisme par des moyens naturels et biologiques, dont notamment le jeûne…

Qu’est-ce-que le jeûne ?

Le jeûne consiste à se priver d’aliments solides et/ou liquides sur une période donnée afin de mettre tout ce qui est lié à la digestion au repos. Le corps placera alors toute son énergie vers les émonctoires (poumons, reins, foie, intestin, peau) pour se concentrer sur l’élimination des toxines ainsi que la régénération des tissus, la métabolisation et la reconstruction.

Il s’agit d’une mesure efficace pour le maintien du bien-être. Cette désintoxication progressive peut relancer les fonctions vitales du corps et de ce fait, nous devenons de plus en plus sensibles à la perception des besoins de notre organisme, notre esprit est plus clair, la vue s’améliore, tout comme le sommeil… En agissant comme un nettoyage profond, il agit efficacement contre les problèmes digestifs, l’eczéma, l’arthrose, la migraine ou encore l’hypertension.

Le jeûne hydrique dans la pratique

Les moments qui précèdent et succèdent un jeûne sont aussi importants que le jeûne en lui même. En amont, il faut entamer une descente alimentaire en éliminant dans l’ordre : viandes rouges > viandes blanches > poissons > oeufs > laitages > féculents > fruits et légumes. Nicotine, alcool, caféine et théine sont bien entendu prohibés. La reprise alimentaire s’effectue progressivement par l’apport de légumes et de fruits, pour reprendre la même alimentation que pendant la phase de préparation. En principe, il y a autant de jours de préparation et de reprise que de jours de jeûne. Tout au long du jeûne, il est essentiel de boire une grande quantité d’eau peu minéralisée (eau, tisanes, bouillons de légumes biologiques) et de stimuler tous les processus naturels d’élimination notamment au niveau intestinal.

L’activité physique reste primordiale car elle permet d’éviter la perte de muscle tout en entraînant un brassage des liquides profonds. La marche, la relaxation, les respirations, le yoga, le Pilates, la méditation, les massages, le hammam, la réflexologie endonasale, l’ostéopathie tissulaire… sont autant de pratiques à privilégier pour stimuler le métabolisme et ainsi augmenter l’oxygénation des cellules, la combustion des graisses et l’élimination des toxines.

Avant de se lancer dans l’aventure…

Il est fortement conseillé de consulter un naturopathe pour établir un bilan de vitalité préalable au jeûne. En effet, tout le monde ne peut pas jeûner. Les personnes souffrant de troubles alimentaires, de dépression, de cirrhose mais également les femmes enceintes ou encore les enfants, sont autant de profils contre-indiqués.

Si la sensation de faim peut être redoutée, cette dernière disparaît très rapidement, pour faire place à un sentiment de liberté totale. Nous apprenons à différencier la faim de l’envie compulsive de manger. L’occasion de reprendre des habitudes alimentaires saines, puisqu’en pratiquant plusieurs jeûnes dans l’année, l’estomac se rétrécie…

L’importance de l’environnement

L’ambiance joue énormément lors de la pratique d’un jeûne. Le séjour dans la nature, l’échange et le support du groupe, sont autant d’éléments qui rendent l’expérience unique et revitalisante. De même, la qualité de la literie ne doit pas être négligée, car il est important de bien dormir ! Et bien sûr, il faut se libérer du quotidien et des obligations, tant familiales que professionnelles, en mettant de côté téléphone et ordinateur.

Avec l’aimable collaboration d’Anne Poignant, Naturopathe

Partager.

Répondre