Mettez du hygge dans votre vie !

0

Depuis plus de 40 ans, les Danois sont considérés comme le peuple le plus heureux du monde. La raison porte un joli nom : le hygge (prononcé « hue-gah »), un véritable art de vivre qui place le bien-être, la tendresse et la convivialité au centre des valeurs.

Avancées technologiques et surconsommation, nous ont fait perdre l’authenticité du réel. D’où l’importance de trouver de nouveaux moyens de consommer et de se connecter. Le hygge vient d’une société où l’humain passe avant les biens. Il est lié à l’idée que la vraie richesse n’est pas celle que nous accumulons, mais celle que nous partageons. Il représente tous ces petits moments de bonheur qui ne s’achètent pas. L’idée étant de privilégier les sentiments de confort, de chaleur, de convivialité en dînant avec des amis, en passant du temps à jouer avec ses enfants, en prenant soin de soi. Le simple fait d’être bien au chaud sous une couette lorsqu’il pleut à torrents dehors, de fleurir son jardin ou de savourer un thé en regardant un coucher de soleil… sont des petits rien qui font toute la différence.

Bonne nouvelle, nul besoin de tout plaquer pour le Danemark : le hygge s’importe et se cultive à merveille en dehors de ses terres natales !

Un foyer chaleureux

Au sein de chaque foyer danois, vous trouverez un petit coin dédié au hygge, un lieu de réconfort qui ressource. Cela peut être un fauteuil isolé, un rebord de fenêtre orné de coussins, une banquette douillette, des draps propres en lin ou en coton, le poids réconfortant d’une couverture… Il faut habiter le lieu, le rendre accueillant en le décorant avec des matières naturelles et surtout en allumant des dizaines de bougies, dans toutes les pièces de la maison, pour une ambiance plus chaleureuse, plus douce donc plus propice au bien-être. Les Danois en sont d’ailleurs les plus grands consommateurs au monde : six kilos de cire par habitant et par an.

Se déconnecter à 100 %

L’idée étant de vivre pleinement le moment présent, pas question de répondre à un e-mail ou de poster sur les réseaux sociaux. On coupe tout accès à un téléphone ou à un ordinateur. Ce moment ne supporte aucune distraction extérieure. C’est un retour à l’authenticité, au plaisir des choses simples. Les Danois éteignent d’ailleurs leurs portables sans jamais rechigner ! On en profite pour se reconnecter à la nature, on invite la lumière et la vitalité de bon matin en ouvrant les fenêtres, on dispose généreusement des plantes sur les tables et les balcons, on opte pour les balades en vélo, les marches en montagne ou le long des plages, on organise barbecues et pique-niques avec des amis…

Magnifier son quotidien

Le rituel, qu’il soit individuel ou collectif prend ici tout son sens, car c’est en utilisant le contexte et les choses du quotidien que l’on créé une atmosphère confortable qui prépare le terrain pour des moments imprévus d’intimité et de bonheur. La routine devient un petit moment de réconfort qu’il faut chérir.

Manger sans culpabiliser

Les gâteaux et pâtisseries font partie intégrante du hygge, apportant leur dose de réconfort. On opte bien sûr pour de beaux gâteaux faits maison, que l’on déguste sans culpabiliser, sans penser aux calories, sans se demander si on y a droit ou non. On y ajoute une petite boisson chaude réconfortante, un thé, un chocolat chaud, ou un bon café bien de chez nous !

S’habiller hygge

La pièce vestimentaire emblématique est la chaussette bien épaisse pour un véritable effet cocooning à la maison. Pas toujours évident sous nos latitudes étant donné les températures, mais à adopter si vous êtes installés bien confortablement dans une pièce climatisée ou lors des soirées plus fraîches de décembre à février…

Le partage

Inviter ses amis à déguster un ti-punch, une bonne bouteille de vin, rire avec eux, mais aussi les écouter, et les réconforter sont des actions au centre de cet art de vivre. En somme, le hygge se cache dans les détails les plus simples et reste à la portée de tous… il suffit de privilégier l’optimisme au pessimisme.

Texte : JESSICA LEBRAT
© PHOTOS : SHUTTERSTOCK

Partager.

Répondre