LE STRELITZIA, OISEAU DE PARADIS

0

Originaire de la région du Cap en Afrique Australe, appartenant à la famille des Strelitziacées on le retrouve aux Antilles, en Amérique du Sud, Guyane.

Connu sous le nom d’Oiseau de Paradis, également nommé Fleur de Grue, il forme une touffe aux feuilles oblongues d’un vert bleuté. Ses fleurs, bractées spectaculaires situées dans un étui foliacé en forme de becs d’oiseaux, produisent un abondant nectar et sont très prisées des fleuristes car elles tiennent longtemps dans les bouquets.

Quelques variétés :

  •  Strelizia Reginae (Banks 1788), la plus connue, ses bractées ont six sépales couleur orange et deux pétales d’un bleu profond.
  • Strelitzia Reginae Humilis, à forme naine ne dépasse pas 80 cm.

Le nom de Reginae est un hommage à la Reine d’Angleterre, Charlotte de Mecklembourg-Strelitz, botaniste amatrice, épouse de Georges III, elle oeuvra à la fondation de Kew Gardens.

  • Strelitzia Alba (Skeels 1788) « White Bird of Paradise », a des fleurs blanches aux touches bordeaux.
  • Strelitzia Nicolaï (Regel & K Koch 1858), baptisé en l’honneur du Tsar Nicolas de Russie, est la plus haute variété qui peut s’élever à plus de 10 mètres en milieu naturel. Ses fleurs noires à mauve bleuâtre et blanc, pollinisées par les oiseaux peuvent faire 30 cm de long. l Strelitzia Juncea (Link 1821), à croissance très lente, se plait dans les zones semi-désertiques à côtières. Ses feuilles allongées, bleutées, fines, cylindriques évoquent des roseaux et ses inflorescences sont plus basses que son feuillage.
  • Strelitzia Caudata (R.A Dyer 1946) « Banane du désert Africain », originaire des zones montagneuses du Zimbabwe fait environ 5 mètres de haut. Rare et difficile à cultiver, ses fleurs ressemblent à celles du S.Nicolaï.
  • Strelitzia Reginae Var. citrina Hort porte des fleurs aux sépales jaune citron et deux pétales violets. Parmi les variétés créées, Strelitzia Dwarf et Mandela’s Gold, ont demandé 20 années de recherche au Sud-Africain John Winter.

Plantation

– La plante qui apprécie un sol riche, humide, bien drainé, fleurit mieux au soleil. Sensible aux pucerons, cochenilles, à la pourriture, il faut éliminer les feuilles fanées.

– Ses graines noires (toxiques), s’entourent d’un duvet orange : après l’avoir ôté, placer les graines une journée dans de l’eau tiède pour les ramollir, puis les planter à 2 cm dans un mélange de terreau, sable et sphaigne.

– On peut aussi hors période de floraison, et avec précautions lorsque le bouquet est important, diviser des rejets du plant à partir des rhizomes, en récupérant au moins 2 à 3 feuilles par rhizome.

En 2009 des chercheurs Américains ont trouvé dans les arilles enveloppant les graines du S. Nicolai et du S. Reginae Aiton, un pigment : la bilirubine que l’on pensait propre au règne animal et qui est à l’origine des ictères et jaunisses des nouveaux-nés.

Dans le langage des fleurs, le Strelitzia est synonyme de Fidélité et de Bonheur.
Texte & Photo : Angel ST-Benoit

Partager.

Répondre