Le Tillandsia

0

Originaire d’Amérique Centrale et du Sud, le genre Tillandsia déterminé en 1737 par Carolus Linnaeus, est dédié au médecin et botaniste Suédois Elias Tillandz. Il existe plus de 700 espèces et sous-espèces.

Faisant partie de la famille des Bromeliaceae – l’ananas, ces plantes sans racines mais à crampons, parfois nommées « Filles de l’air », d’aspect et de couleur inattendus, peuvent être épiphytes : accrochées à des branches ou des lignes aériennes ou encore lithophytes : ancrées sur des roches.

Appréciant une bonne luminosité, elles absorbent l’humidité ambiante par leurs feuilles cintrées pouvant mesurer de quelques millimètres à plus d’un mètre. De formes variées, torsadées ou droites, elles sont recouvertes de trichomes, des micro-écailles argentées. Une partie de leur feuillage se colorie, attirant les pollinisateurs.

Quelques espèces

T. Usneoides : Amérique du Sud, Sud des Etats-Unis. Connu comme « Mousse Espagnole ou Barbe de Vieillard », ses racines disparaissent à l’âge adulte. Accroché aux arbres dans les bayous de Louisiane, on l’utilisait pour en faire du torchis.

T. Cyanea (Linden ex. K.Koch 1867) : Equateur, Pérou, à raquette rose et fleurs violettes.

T. Bergeri (Metz 1916) : Endémique de la province de Buenos Aires où il pousse sur des rochers, forme dans la nature des masses d’un mètre d’envergure. Abondante floraison de bractées roses à petites fleurs bleues.

T. Ionantha (Planch 1855) ou Fiancée rougissante : Mexique, Nicaragua, vit en colonies, forme des touffes dont les bractées de fleurs violettes ont quelques centimètres et les feuilles triangulaires vont du rose vif au rouge intense.

T. Andreana (E.Morren ex André 1888) : Endémique des falaises de Colombie, ses fleurs au milieu de la rosette offrent des pétales rouge vif à l’extrémité recourbée.

T. Albida (Metz & Purp 1916) : feuillage blanc, longue tige rouge aux fleurs tubulaires jaune/verdâtre.

T. Cacticola (L.B. Smith 1954) : s’accroche aux cactus au Nord du Pérou. Son inflorescence à petites fleurs blanches aux pointes violettes fait plus de 40 cm.

T. Aeranthos (Loisel) L.B Smith 1943 : Brésil, offre une inflorescence rose à rouge et des fleurs violet foncé.

T. Balbisiana (G. Balbis) Mexique, Antilles, Colombie, myrmécophile (vit en osmose avec les fourmis) produit de nombreux rejets. Bractée rouge intense à fleurs violettes.

Plantation

Les tillandsias dont les rejets se séparent, produisent des capsules emplies de petites graines cylindriques à aigrettes disséminées par le vent.

  • Eviter de les exposer tête en haut.
  • Vaporiser à l’eau de pluie ou non calcaire et tôt le matin, les dessus et dessous des feuilles, en évitant le coeur.
  • De temps en temps, apporter un peu d’engrais pour orchidées (1 volume d’engrais pour 3 volumes d’eau), dans l’eau du brumisateur.

Le Tillandsia non toxique fleurit à maturité. Il faut pour certaines variétés s’armer de patience (parfois six ans) avant de voir émerger les inflorescences.

D’après la légende Amérindienne, le Tillandsia Usneoides serait issu des cheveux d’une princesse tuée par des ennemis le jour de son mariage. Le jeune époux fou de chagrin lui coupa alors les cheveux et les accrocha à un arbre que le vent répandit à travers tout le pays.

Partager.

Répondre