UNE MAISON ARTS DÉCO SOUS LES TROPIQUES

0

« Là, tout n’est qu’ordre et beauté, luxe calme et volupté », Baudelaire, l’Invitation au voyage.

L’architecture Arts Déco, qui sera développée dans les années 1930 pendant l’entre-deux-guerres, est d’une grande unité et reste d’une originalité exceptionnelle. Ainsi, ces constructions sont aujourd’hui tout à fait adaptées à nos climats, aux règlements parasismiques et paracycloniques, de même qu’aux exigences du développement durable et des économies d’énergie. De plus, par leur caractère, leur beauté et leur style, les villas de ce style apportent à nos paysages tout à la fois la modernité et l’élégance de notre temps. 

Rien ne nous empêche donc aujourd’hui de nous inspirer de ces maisons splendides qui ont remarquablement traversé le temps, pour la qualité de leurs matériaux, de leur mise en œuvre, ou de leurs plans, très bien conçus et composés avec art de pièces larges et confortables.

LES MATÉRIAUX

Ces maisons sont faites en maçonnerie de béton armé, matériau révolutionnaire alors, mais que nous utilisons couramment aujourd’hui. Il s’agit une structure de béton armé avec des remplissages en parpaings de ciment qui, par leurs alvéoles, contribuent au confort thermique et acoustique. De même la dalle de couverture est réalisée en hourdis de ciment sur des poutrelles de béton ce qui permet ce même confort. Une étanchéité de qualité vient compléter le dispositif, que ce soit un multicouche en couverture ou une peinture étanche en façade.

Une maison de ce style ne présente pas de difficulté de réalisation particulière et un bon artisan peut aisément la réaliser. Les matériaux utilisés sont simples et éprouvés, et d’une très bonne durabilité.

LA CONCEPTION

La maison comporte de préférence un soubassement de quelques marches de hauteur, le fameux vide sanitaire, qui préserve le rez-de-chaussée de l’humidité. Cette surélévation lui donne en outre de la majesté et de la force. C’est là aussi que l’on peut placer une citerne, tout à fait conforme aux préoccupations écologiques d’aujourd’hui, et qui permet de se rapprocher de la maison de basse consommation (BBC). De même on peut y faire courir évacuations et alimentations d’eau, conduits d’électricité ou de téléphone, aisément visitables et… réparables.

Les pièces sont protégées du soleil et de la pluie par des débords de toiture plats en corniches, des brise-soleil en bandes de béton ou des jalousies de bois aux fenêtres. Les plafonds sont hauts ce qui permet un beau volume de ventilation renouvelée. Les murs sont aussi percés de claustras en partie haute afin de laisser pénétrer la ventilation. Cela permet ainsi d’appréciables économies d’énergie.

Les poteaux de vérandas sont cylindriques, leur fût fait référence aux colonnes doriques de l’antiquité. Une jarre vernissée plantée de fougères peut venir éclabousser de vert cette pureté.

Les escaliers sont soignés, leurs formes sont moulées avec soin. Le béton armé permet des escaliers arrondis qui viennent terminer une véranda, orner un salon rond.

Les surfaces des murs extérieurs sont lisses et revêtues de couleurs pâles, entraînant une bonne réverbération des rayons du soleil. Parfois le soubassement peut être revêtu d’un parement en « opus incertum », de façon à imiter les murs de moellons assemblés à la chaux.

LE PLAN

Le plan est simple. Comme celui des maisons palladiennes de la Renaissance, il offre des combinaisons variées de carrés. Pourquoi le carré ? Car, si on ne le perçoit pas visuellement, le corps « sait » qu’il est dans ces repères qui sont agréables à parcourir, paisibles, relaxants.

Pièces et circulations sont réparties autour d’un espace ouvert, la véranda ou le patio (c’est le rappel de l’atrium romain) qui sert à protéger les pièces d’habitations des rayons du soleil et créé un espace mixte entre le jardin et les pièces fermées. L’entrée principale se fait par un porche, rappel du péristyle de l’antiquité, espace tampon entre le public et le privé, où on peut accueillir le visiteur sans pour cela le faire entrer chez soi.

On utilise le cercle. Un des éléments clefs du style Arts Déco est le bow-window ou fenêtre en arc, qui sera abondamment utilisé par Auguste Perret notamment et qui permet d’ouvrir largement une pièce sur l’extérieur afin d’avoir une vue sur la mer ou sur la montagne à 360°. Et même si une maison n’a pas de vue remarquable, une bonne orientation et un bon emplacement sur le terrain apporte, par la découpe du paysage à l’aide de cette ouverture, la création d’un beau point de vue, l’impression d’être, assis dans son canapé, au spectacle.

L’AMÉNAGEMENT INTÉRIEUR

La décoration doit rester simple et ses motifs sont géométriques : carrés, étoiles, triangles, cercles. On retrouve ces motifs dans les grilles de clôtures, les portes en fer forgé, les claustras, et on peut même les décelopper dans le mobilier.

Les sols sont recouverts de carrelages de petites dimensions (les carreaux de grandes dimensions réduisent la taille des pièces), de préférence bicolores, rouge et jaune, blanc et noir, bleu et blanc, vert et blanc. Ce sont des carreaux de grès cérame fin vitrifié, de très bonne qualité. Leur pose est soit droite, soit en diagonale. Les cuisines sont faites de paillasses en béton carrelées, aux formes paisibles et fortes.

Les salles de bains reçoivent des appareillages de porcelaine blanche, lavabos aux angles droits, épais, cossus, baignoires de stars…
Les peintures sont sobres, blanc cassé, crème, gris pâle, vert d’eau, jaune coquille, toutes couleurs douces et apaisantes, que la strie d’une jalousie vient parfois griffer d’ombre.

Une maison de style Arts Déco se réalise avec des matériaux et des principes sobres et majestueux, en référence aux grands principes architecturaux de l’Antiquité grecque et romaine. Et c’est là ce grand luxe d’espace et de paix qu’il est à notre portée de bâtir à notre mesure, dans le respect des grands principes du développement durable.

Texte & Illustrations : © Michèle Robin-Clerc

Partager.

Répondre