Protéger sa maison

0

Nos habitations sont exposées à des risques auxquels il convient de faire face entre le désagrément d’un cambriolage et le danger représenté par le passage d’un cyclone. Focus sur des actions ou des équipements qui peuvent réduire les tentatives d’effraction ou l’impact d’un phénomène météorologique.

Réduire le risque de cambriolage en adoptant un comportement de bon sens

Les cambrioleurs, hormis les opportunistes, effectuent généralement des repérages afin de connaître les habitudes des occupants d’une maison ou d’un quartier ciblé. C’est pourquoi, il est recommandé de solliciter le voisinage pour le ramassage quotidien du courrier dans votre boite à lettres afin de ne pas laisser d’indices sur votre absence.

Il s’agit également d’éviter de signaler votre départ en vacances sur les réseaux sociaux ou de laisser un message sur votre répondeur précisant vos dates d’absence. Veillez à ne pas laisser d’outils à disposition à l’extérieur de votre habitation (échelle, (manche de l’épuisette de la piscine …) et tout autre accessoire apparaissant sans risque à vos yeux. Les cambrioleurs cherchent à opérer le plus discrètement possible sans s’encombrer de matériel. Mais ils savent improviser pour s’introduire dans un logement.

Plusieurs dispositifs gratuits faisant appel essentiellement à la solidarité et à l’entraide sont à votre disposition parmi lesquels :

  •  L’Opération Tranquillité Vacances : Vous signalez votre absence à la gendarmerie ou à la police dont dépend votre logement. Les forces de l’ordre effectuent alors des rondes ponctuelles pour surveiller les lieux. Ces agents formés à la prévention technique des vols vous dispensent de précieux conseils sur les points à renforcer avant votre départ et les erreurs à ne pas commettre.
  • La participation citoyenne : Elle requiert l’adhésion du conseil municipal de votre commune et de la population du quartier concerné. Chaque habitant est amené à signaler tout fait suspect aux forces de l’ordre, à apporter une attention particulière aux habitations ponctuellement inhabitées, à ramasser le courrier des occupants absents de leur domicile …
  • Faire garder sa maison : Il peut s’agir d’un dispositif de gardiennage par un prestataire ou de faire appel à un bénévole qui occupe la maison en votre absence. L’échange de maisons est une alternative pratique et financièrement intéressante : Votre domicile est occupé et vous bénéficiez en contrepartie d’un logement gratuit partout dans le monde pour vos vacances. De nombreux sites proposent cette prestation.

Les nouvelles technologies

Elles permettent via sms, mail, WhatsApp … de communiquer entre voisins et de s’informer les uns et les autres d’un danger potentiel. Sachez toutefois que toutes ces précautions permettent, certes, de réduire le risque de cambriolage. Elles ne peuvent toutefois vous garantir à 100 % car certains vols sont commis alors que vous vous absentez pour travailler, faire des courses …

Les systèmes de protection

Les cambrioleurs testent, en premier lieu, la porte d’entrée puis les fenêtres si cette dernière résiste. C’est pourquoi, les ouvertures ne doivent pas faire l’objet de négligences mais au contraire, être sécurisées au maximum.

La porte d’entrée doit être équipée de charnières et de serrures de qualité. Il existe des cylindres qui ne laissent aucune prise à une quelconque manipulation frauduleuse, des serrures connectées dont la clé est votre smartphone, des serrures biométriques … Ces modèles sont encore peu répandus car leur tarif reste élevé.

Renforcer les ouvertures

Si votre serrure résiste, la porte en elle-même peut finir par céder. Pour vous rassurer pleinement, une alternative ; la porte blindée dont les éléments clés s’avèrent la serrure et l’encadrement. Ce type de porte est désormais décliné en divers modèles pour s’intégrer à tous les styles. Elle fait également office de rempart à l’effraction et d’isolant phonique et thermique.

Les points sensibles que constituent les fenêtres, les baies coulissantes, les portes de garage, les volets roulants … doivent faire l’objet d’un renforcement afin de garantir une meilleure résistance lors d’une effraction. Des protections peu coûteuses et ayant prouvé leur efficacité sont à portée de tous les budgets. N’hésitez pas à installer des barres de sécurité ou des verrous sur vos volets battants, un verrou spécialement étudié pour les baies vitrées, des serrures supplémentaires pour votre porte de garage.

Sur les conseils avisés des forces de l’ordre, nous nous attachons dans ce sujet à ne pas détailler les divers modes d’effraction avant de ne pas fournir des idées à des malfaiteurs en mal d’imagination.

La dissuasion

Les voleurs n’appréciant pas la lumière, l’installation d’un détecteur de mouvement dans les zones non éclairées du jardin et autour de la maison peut concourir à effrayer les moins intrus les moins intrépides. Ce type d’éclairage fonctionne sur secteur ou en mode solaire (sans aucune installation). Vous pouvez également bénéficier de lumières extérieures en continu en installant un programmateur ; votre éclairage fonctionnera ainsi à des heures définies pour s’éteindre à l’aube.

Les alarmes

S’équiper d’une alarme ne nécessite pas une dépense conséquente. Il existe des systèmes sans fil qui ne requièrent pas d’installation particulière et qui se pilotent via un smartphone, une tablette ou un ordinateur. Des modules complémentaires permettent également de bénéficier de diverses options (ouverture du portail, des volets, des stores, mise en marche du téléviseur, de l’éclairage … pour un pack domotique sur mesure). L’alerte vous parvient par sms, message vocal ou mail avec la possibilité de déclencher une caméra pour surveiller les lieux selon l’équipement choisi.

La télésurveillance

Le domicile est équipé de capteurs situés sur toutes les ouvertures et d’une sirène. Moyennant un abonnement, vous êtes relié à un central chargé de vérifier le bien fondé de tout déclenchement de l’alarme et d’envoyer un agent ou les forces de l’ordre selon le contrat.

Au-delà des systèmes de protection qui sont adaptés pour la lutte contre les effractions, sous nos latitudes, il est primordial de préserver votre sécurité lorsque nos îles sont soumises aux vents violents d’une tempête ou d’un cyclone.

Limiter l’impact des vents violents

Effectivement, chaque année, à l’approche de la saison cyclonique, il est recommandé de se préparer à l’arrivée d’un éventuel phénomène dangereux. Cette anticipation consiste en des actions simples qui peuvent toutefois s’avérer bénéfiques voire vitales lors de rafales de vents extrêmes qui, entre autres, projettent tout type débris.

Les normes de construction

La préservation de votre habitation est assurée essentiellement par le respect des normes de construction. Elles définissent les techniques et les matériaux à utiliser pour consolider les habitations et assurer une protection contre le vent, la pluie intense et également en cas de séisme.

Ces règles de construction sont étudiées pour assurer une résistance mécanique au bâtiment et préserver la vie des occupants. Cependant, aucune technique ne peut garantir la solidité complète d’un bâtiment en cas de cyclone ou de séisme extrême.

Ces dispositions concernent les diverses étapes de la construction. Des fondations jusqu’à la toiture ; des fondations profondes permettent d’ancrer plus solidement le bâtiment au sol. La résistance de la charpente est renforcée par un système de contreventement qui la stabilise lors de la poussée du vent. La toiture constitue un élément primordial pour limiter la prise au vent. A cet effet, le toit à quatre pans est recommandé ainsi que le respect d’un débord de toiture maximal. La solidité de la couverture est constituée par le mode de fixation et le choix des matériaux. Il est recommandé de faire vérifier les éléments de fixation de votre toiture régulièrement afin de garantir sa résistance.

La protection des ouvertures

La projection d’objets de toute sorte constitue un réel danger pour les baies vitrées ou les fenêtres non protégées. Les normes de construction sont conçues pour apporter une certaine résistance à un bâtiment fermé. Si une ouverture venait à céder, toute la solidité de la structure serait remise en cause par la poussée des vents. Ces ouvertures peuvent être protégées par des volets. Les volets roulants de grande taille doivent être renforcés par des barres de sécurité en vue de résister aux rafales de vent. Quant aux jalousies en alu et verre, elles offrent une bonne résistance au vent et une bonne étanchéité à la pluie.

Les prévisions cycloniques 2017

Le mois de juillet annonce le début de la saison cyclonique jusqu’en novembre. Chaque année, ces phénomènes font l’objet d’études poussées de la part de scientifiques qui affinent, au fil des mois, leurs prévisions.

Dans la Caraïbe, la saison s’annonce, à l’heure actuelle, quasi identique à l’année 2016 avec 13 tempêtes, 7 ouragans dont 2 majeurs sans toutefois pouvoir indiquer quelles zones pourraient être impactées. Pour rappel, la tempête Arlène a déjà vu le jour en avril dernier dans l’Atlantique sans toutefois menacer aucun territoire.

Les services de l’Etat et les collectivités rappellent régulièrement la nécessité d’être bien préparé à l’arrivée d’un phénomène majeur. Le respect des consignes s’avère primordial afin d’être en mesure de faire face individuellement à un cyclone. A cet effet, la procédure d’alerte doit être connue de chaque habitant. Chaque étape, définie par une couleur, est annoncée par les médias et la préfecture. Cette couleur évolue au fur et à mesure de l’évolution d’un phénomène.

Rappel du code couleurs :

Jaune : Restez attentif
Orange : Se préparer
Rouge : Se protéger avant l’arrivée d’un danger
Violet : Confinement – Interdiction de sortir
Gris : Rester prudent
Vert : Danger écarté

Le danger provoqué par un cyclone prend diverses formes entre des rafales de vents extrêmement violents, des pluies soutenues et une houle dévastatrice.

Se préparer à l’arrivée d’un cyclone :

  • S’informer de la liste des abris sûrs de votre commune,
  • Prévoir une trousse de secours pour les premiers soins en cas de besoin,
  • Disposer d’une réserve de piles, de lampes et de bougies pour palier à une coupure d’électricité
  • S’équiper d’une radio afin de pouvoir se tenir informé de l’évolution de la situation,
  • Prévoir une réserve d’eau potable, de produits secs, de conserves,
  • Disposer d’argent liquide pour palier à une situation de crise en cas d’impossibilité de retirer de l’argent après le passage d’un cyclone destructeur,
  • Rentrer à l’abri tout objet qui pourrait se transformer en projectile pendant les rafales de vent et arrimer ceux ne pouvant être déplacés,
  • Vérifier le fonctionnement du groupe électrogène,
  • Prévoir le nettoyage des gouttières pour une bonne évacuation de l’eau de pluie,
  • Prévoir dès le début de la saison cyclonique l’élagage des arbres proches de l’habitation pouvant provoquer des dégâts.

Les assurances

Chaque assurance détermine les termes de ses contrats en définissant les garanties, les franchises et les exclusions.

Les dégâts causés par un phénomène météorologique

L’indemnisation varie selon que le phénomène climatique fasse l’objet d’une reconnaissance de catastrophe naturelle ou non. A défaut, c’est la garantie tempête de votre assurance multiriques habitation qui est activée. La multirisques habitation est une assurance obligatoire pour les locataires. Elle est vivement recommandée pour les propriétaires afin de protéger leur patrimoine.

La garantie tempête, ouragans, cyclones est incluse dans les contrats multirisques habitation et les contrats tous risques des véhicules. Elle couvre la prise en charge des dégâts matériels (à neuf si prévu dans le contrat) mais ne s’applique pas aux véhicules assurés au tiers. L’assurance doit être informée du préjudice dans les cinq jours ouvrés qui suivent le sinistre. Par la suite, si l’état de catastrophe naturelle est reconnu, l’assurance doit verser une indemnisation aux sinistrés dans les trois mois après déduction de la franchise prévue dans le contrat. Dans le cas contraire, les clauses de la garantie tempête, ouragans, cyclones s’applique comme précisé dans le contrat.

Vous devez avoir souscrit un contrat garantissant vos biens avant l’annonce d’un phénomène dangereux sous risque de subir un refus des compagnies d’assurance.

Les cambriolages

Ils sont également couverts par les assurances multirisques habitation souscrites par les locataires ou les propriétaires. L’installation d’un système de protection (alarme, porte blindée …) peut donner lieu à une réduction de la prime à payer. Pensez à le signaler.

En cas de vol, vous disposez d’un délai de 2 jours ouvrés pour informer votre assurance (Ce délai peut varier selon les compagnies). Sur la déclaration de sinistre doit figurer un état des biens volés et les dégâts dus à l’effraction. Certains contrats ne prévoient pas de remboursement en l’absence d’effraction. Soyez vigilants. Vérifiez régulièrement le bon état de vos portes et fenêtres et ne laissez pas d’inconnu passer votre porte sans vérifier au préalable son identité.

Veillez à rester en conformité avec les conditions prévues dans votre contrat afin de pouvoir bénéficier d’un dédommagement en cas de sinistre. Lors de vos absences, ne laissez pas en évidence vos clés de véhicules dans votre logement.

Texte : Christine Morel – Photos : © DR

Partager.

Répondre