Saint-Barthélemy et son clocher Suédois – Sweddish Belfry

0

En 1648 des colons français occupent l’île laquelle devient propriété des Chevaliers de Malte de 1651 à 1656. Cette même année, des indiens Caraïbes y font une incursion, attaquant des habitants et leurs biens. L’île livrée à elle-même jusqu’en 1659, va redevenir alors une colonie française, où trente colons débarquent.

En 1664, des menuisiers s’y installent, ils sont réputés pour le travail du bois de Gaïac, un bois très dur également nommé « bois de vie » ou « bois saint ». La Compagnie Française achète Saint-Barthélemy en 1665 ainsi que l’île de Saint-Christophe. Saint-Barthélemy est reliée au Domaine Royal en 1674 et attachée au Gouvernement de la Guadeloupe. En 1784, Louis XVI la cède à la Suède contre un droit d’entrepôt à Göteborg.

Gustavia

Treize gouverneurs suédois s’y succèdent. Salomon Mauritz Von Rajalin, le premier d’entre eux s’y installe de 1785 à 1787. En 1785, Le Carénage devient un port franc rebaptisé Gustavia en 1792, en l’honneur du roi de Suède Gustave III, assassiné à l’Opéra Royal de Stockholm le 16 mars de la même année. On y parle Français, Anglais, Espagnol et Suédois. Rue Lubin Brun, les colons érigent une église luthérienne inaugurée le 22 juillet 1787 dans laquelle au fil du temps des religions diverses seront pratiquées.

Le clocher

Bâtiment en pierre édifié vers 1800, sa position dominante qui portait loin le timbre de sa cloche, accroche le regard. Accessible par un escalier menant à une porte, il repose sur des murs de pierres volcaniques, surmontés d’un bardage en bois peint en vert clair, enjolivé de claustras sur trois côtés. Autrefois recouvert d’essentes et coiffé d’un coq métallique-symbolisant l’attente du soleil, salué par son chant, son toit pointu est aujourd’hui couvert de tôles rouges. Le 2 août 1837, un cyclone ravage l’île causant de nombreux dégâts. Il faut raser l’église, hormis le clocher, lequel restauré en 1931, devient campanile.

La cloche

Elle est fondée en 1799 à Stockholm, puis transportée par voie des mers depuis la Suède jusqu’à Saint- Barthélémy. Cette cloche porte le nom de la Reine de Suède, Sofia-Magdalena. Elle va détrôner les tambours de la garnison, actionnée par les enfants, elle rythme offices religieux et évènements importants. Le 20 Mars 1801, elle sonne l’alerte à l’approche des navires anglais commandés par l’Amiral John Thomas Duckworth, dont les troupes s’emparent de l’île ainsi que de sa voisine Saint- Martin. En 1920, suite à une dette de guerre de l’Allemagne, Gustavia reçoit l’horloge que l’on peut voir sur l’une des claustras du clocher.

Lors du traité du 10 août 1877, l’île est rétrocédée à la France pour les sommes de 80 000 francs qui se rapportent à l’évaluation des propriétés et 320 000 francs destinés à indemniser des fonctionnaires.

Le 16 mars 1878, les archives de l’administration suédoise ou Fond Suédois de Saint-Barth sont en partie remises à la France. Cinquante -cinq ans plus tard, le 18 mars 1932, huit caisses d’archives de 962 kg et plus de 60 m3 sont embarqués sur le vapeur « Antilles » à destination de la Guadeloupe. Saint- Barthélemy devient en 1946 une commune de la Guadeloupe.

Le 1er août 1995, le clocher est inscrit aux Monuments Historiques.

TEXTE ET PHOTOS : ANGEL ST-BENOIT

Partager.

Répondre