FOCUS SUR LA DIASPORA CUBAINE

0

La population cubaine vivant hors de Cuba est estimée à 12 % de sa population. Plus de 80 % de ces exilés ont choisi les Etats-Unis comme terre d’accueil et plus particulièrement la Floride, située à 150 km de Cuba, qui reste la destination principale, ensuite viennent l’Amérique latine et l’Espagne.

La population cubaine vivant hors de Cuba est estimée à 12 % de sa population. Plus de 80 % de ces exilés ont choisi les Etats-Unis comme terre d’accueil et plus particulièrement la Floride, située à 150 km de Cuba, qui reste la destination principale, ensuite viennent l’Amérique latine et l’Espagne. L’archipel guadeloupéen compte parmi sa population un petit nombre de résidents cubains, sans aucune commune mesure avec d’autres communautés dont les premiers arrivants sont installés, pour des raisons diverses, depuis des générations. Certaines de ces populations sont arrivées pour faire face au manque de main-d’oeuvre après l’abolition de l’esclavage en 1848, à l’image des migrations africaines, indiennes, asiatiques, d’autres ont fui les conditions de vie de pays très lointains (Syriens, libanais) ou plus proches de nous pour les migrants haïtiens, dominicains, dominiquais. Malgré une proximité géographique avec les Antilles françaises et un lien caribéen, l’archipel guadeloupéen ne compte pas parmi les terres d’accueil privilégiées de la diaspora cubaine ; Au dernier recensement, on dénombrait 48 personnes de nationalité cubaine et 43 personnes de nationalité française d’origine Cubaine. (Chiffres INSEE 2015).

Malgré cette présence peu marquée en Guadeloupe, si les Cubains installés dans l’archipel s’intègrent et s’épanouissement avec discrétion, ils n’en sont pas pour autant inactifs. Regroupés en associations (Les Amis de Cuba et Cuba coopération), les membres se donnent pour vocation d’approfondir le lien entre les Cubains et leurs sympathisants mais entre la Guadeloupe et Cuba. Cuba Coopération Guadeloupe, à peine trois mois après sa création, prenait l’initiative d’inviter l’ambassadeur de Cuba en France à effectuer un déplacement en Guadeloupe. Pendant son séjour, la délégation cubaine a été reçue au Conseil Régional avec pour objectif de maintenir les relations entre les deux îles de la Caraïbe.

Les vagues de départ

Plus d’un million et demi de Cubains ont quitté leur pays depuis 1959. Un exode qui s’est effectué en plusieurs vagues dont le point de départ n’est autre que le 1er janvier 1959, date de la prise de pouvoir de Fidel Castro.

Après cet évènement, près de 300 000 Cubains choisissent de fuir leur pays natal parmi lesquels de nombreux partisans du régime du Président Batista renversé par les forces du « Lider Maximo ». Ces départs, considérés comme un affront par le nouveau pouvoir en place, conduisent à la confiscation de tous leurs biens. De 1965 à 1973, on compte aux alentours de 360 000 exilés. Dès les années 70, les conditions de départ mises en place par Fidel Castro restreignent considérablement le flux qui ne dépasse pas 30 000 personnes. Dans les années 80, près de 240 000 Cubains sont expulsés de l’île car ils sont considérés comme des contre-révolutionnaires. 1984 : Cuba met en place le permis de résidence à l’étranger, en particulier pour les citoyens cubains mariés à des ressortissants étrangers. 1994, suite à des émeutes dans la capitale, La Havane, près de 50 000 personnes décident de fuir massivement sur des embarcations de fortune pour rejoindre la Floride.

Depuis 2012, l’émigration tend à se normaliser avec la suppression du permis de sortie de territoire remplacé par l’obtention d’un passeport (toutefois soumis à conditions). 2013 : Une nouvelle loi autorise les Cubains à sortir du pays sans autorisation puis d’y revenir.

Chabela, la plus célèbre des Cubaines résidant en Guadeloupe, nous a quittés en avril 2018. Installée dans l’archipel depuis 1995, la chanteuse était membre du comité local de Cuba Coopération. Elle avait ainsi participé à la venue de musiciens et d’artisans cubains avec la volonté de rapprocher les cultures des deux îles. Elle était devenue une véritable ambassadrice de la Guadeloupe à Cuba.

Partager.

Répondre