Tomber en carafes !

0

L’objet est joli et il existe une multitude de carafes pour les amateurs de vins. Destinée aux vins jeunes, vieux, blancs, rouges, champagnes, chaque carafe possède son utilité.

Deux raisons assez différentes peuvent amener à passer un vin en carafe :

– aérer un vin jeune pour qu’il se présente sous son meilleur jour, on parle alors d’aération !

– décanter un vin âgé, pour séparer le vin de son éventuel dépôt, on parle alors de décantage ou décantation.

La façon d’opérer n’est pas la même dans les deux cas et les carafes à utiliser ne sont pas non plus les mêmes. Parler de «décanter un vin jeune» est en quelque sorte un abus de langage.

L’aération du vin

Le passage en carafe d’un vin plutôt jeune a plusieurs effets :

– il va réveiller ses arômes, le vin va paraître plus ouvert, il va mieux se livrer,

– il va harmoniser l’ensemble et donner l’impression de tanins plus arrondis.

Quels vins faut-il aérer ?

En théorie, un vin parvenu à maturité n’a pas vraiment besoin d’être aéré. En revanche, avant qu’il soit parvenu à maturité, un passage en carafe lui permettra, non pas de gagner quelques années de vieillissement, mais de pallier un peu aux inconvénients de la jeunesse en lui permettant de s’harmoniser quelque peu.

Donc tous les vins jeunes, qu’ils soient rouges ou blancs, tireront bénéfice d’un carafage. Plus la matière est dense, plus la structure tannique est présente et plus l’aération va être bénéfique.

Le cas des vins plus âgés, de 10 ans et plus, est plus délicat et doit être traité au cas par cas. Certains tireront avantage d’une aération, d’autres non ; certains même s’écrouleront. Sauf si l’on sait par avance que la matière va encore être particulièrement présente, il est sans doute plus prudent de ne pas carafer à l’avance et de surveiller l’évolution en cours de repas.

Comment carafer un vin pour l’aérer ?

Le carafage d’un vin jeune est très facile : il suffit de transvaser. En règle générale, on fera glisser le vin le long de la paroi mais on peut choisir une méthode plus brutale, c’est-à-dire en remuant vivement la carafe si le vin est particulièrement jeune, robuste ou massif, ou encore si le temps de carafage est court.

L’important est de laisser ensuite reposer le vin… un certain temps. En règle générale, 1 heure convient à la plupart des cas. On prolongera à 3 ou 4 heures sur les vins plus denses et/ ou très jeunes et on pourra envisager 6-8 heures comme étant un minimum pour les vins de type du Nouveau Monde ou avec un fort degré d’alcool.

Les formes de carafes sont nombreuses et variées mais une mode assez récente met les carafes larges et plates en avant. Les vrais vins gastronomiques, ceux qui raviront d’aise à table, sont bien mieux mis en valeur dans une carafe plus étroite.

La présence ou non d’un bouchon sur une carafe n’a pas d’importance, sauf si vous placez votre carafe à l’extérieur. D’autre part, les carafes qui versent le vin sans faire de goutte se comptent hélas sur les doigts de la main. Pour les autres, seule une dextérité d’habitués permet de les éviter.

Une fois le carafage effectué, veillez à placer la carafe dans un lieu à bonne température. Sous nos latitudes, vous pouvez la placer dans votre armoire à vins si vous en possédez une.

Texte : Thierry Kasprowicz

Partager.

Répondre