Air intérieur : Quels polluants ?

0

Saviez-vous que nos intérieurs peuvent se révéler plus pollués que l’air extérieur ? Notre attention est généralement focalisée sur la qualité de l’air extérieur régulièrement dégradé sous nos latitudes notamment par les épisodes de brume de sable provenant des déserts africains.

Et pourtant, au même titre que les divers polluants atmosphériques, les particules fines ne s’arrêtent pas au seuil de notre domicile. Plusieurs familles de polluants viennent non seulement dégrader l’air que nous respirons dans nos maisons au risque de se transformer en sources d’allergies et entraîner des réactions ou maladies telles que la conjonctivite, la rhinite, l’asthme, des démangeaisons … Nombre de ces polluants sont émis par des équipements, des matériaux que nous utilisons chaque jour mais également par nos diverses occupations : Ainsi, les travaux de décoration, de bricolage, de nettoyage … peuvent se révéler des sources de pollution pour nos intérieurs ; De nombreuses substances nocives et invisibles (xylène, le benzène, de formaldéhydes, de toluène…) sont présentes dans des peintures, des solvants des détergents, des insecticides, des désodorisants … La colle et les produits chimiques contenus dans le mobilier peuvent dégager des substances jusqu’à plusieurs semaines après leur déballage. C’est pourquoi, il est impératif d’aérer largement les premiers temps de son installation.

La présence des polluants reste complexe et ne peut se détecter à l’oeil nu car ils sont invisibles et de natures très diverses. Les produits ménagers peuvent être à l’origine d’allergies ou d’une gêne respiratoire. Il est conseillé d’en limiter l’usage et d’aérer pendant et après les activités de nettoyage. Les allergènes (poussières, acariens, blattes ou cafards) sont présents dans les tapis et tissus d’ameublement. En cas de connaissance d’allergies, il est nécessaire d’éliminer les éléments favorisant la présence de poussière et d’acariens. Passez l’aspirateur régulièrement en changeant ou en nettoyant son sac à chaque utilisation. Les moisissures présentent un risque allergène et toxique. Elles surviennent lors d’une humidité excessive. Dans la salle de bains, pensez à aérer 10 minutes après la douche ou le bain. Aérez régulièrement la pièce dans laquelle vous étendez le linge. Les supports dotés de moisissures se nettoient au vinaigre blanc. Le tabac figure parmi les polluants les plus présents dans nos habitations. Ses composants demeurent présents même si vous aérez car ils sont absorbés par les tissus d’ameublement de la pièce : L’on parle alors de tabagisme passif. Le plomb contenu dans certaines peintures peut se répandre lors de travaux ainsi que l’amiante contenue dans des dalles anciennes posées au sol ou au plafond et libérée lors de travaux. La détection de ces polluants fait d’ailleurs partie des diagnostics obligatoires à effectuer pour la vente ou la location d’un logement.

Les solutions qui peuvent purifier l’air de nos maisons

Outre le lien entre la pollution de l’environnement et de nos intérieurs et les allergies croissantes qui s’avère indéniable, les composés organiques volatiles (COV) sont toxiques pour notre santé. En tout premier lieu, le geste le plus efficace, le plus simple et le plus économique consiste à aérer très régulièrement les pièces de l’habitation.

Choisir les bonnes peintures

Le pic d’émissions de COV d’une peinture se produit 3 jours après son application. En règle générale, les finitions mates contiennent moins de COV que les peintures brillantes ou satinées. Il existe des produits bio. Ces dernières libèrent également des COV, mais en quantité moindre qu’une peinture à base de produits chimiques. Optez pour une peinture contenant 100 % de produits naturels. Il existe désormais des peintures et des enduits dépolluants qui absorbent les composants chimiques dont le formaldéhyde, reconnu pour causer de nombreux soucis de santé, pour assainir une pièce durablement.

Limiter la présence de polluants

Limitez le nombre de produits ménagers, vérifiez leurs composants ou encore fabriquez vos propres produits ménagers en privilégiant les produits naturels incontournables (bicarbonate de soude, vinaigre blanc, citron, savon noir, savon de Marseille, pierre d’argile …). Nettoyez fréquemment les rideaux, oreillers, couettes, jetés de lit, draps et aérez régulièrement la literie pour limiter le nombre d’allergènes présents dans la chambre.

La magie des odeurs

Rien de plus agréable que de s’installer dans une pièce dont l’odeur apporte une touche de bien-être. Les parfums d’intérieur, les bougies, les céramiques parfumées, les désodorisants, présents sur le marché, diffusent une odeur agréable pour une ambiance cosy mais elles n’assainissent pas l’air. Les huiles essentielles sont de précieuses alliées pour assainir l’air de nos habitations et se sentir bien chez soi. Bien que naturelles, ces huiles essentielles proviennent de l’essence même d’une plante mais en très grande concentration ; Elles doivent être utilisées avec précaution car bien que d’origines naturelles, elles peuvent s’avérer dangereuses pour la santé et provoquer des réactions imprévues si leur dosage n’est pas respecté. Il est fortement déconseillé de les utiliser en présence de bébés ou jeunes enfants.

Quelques propriétés reconnues des huiles essentielles :

  • Citron : antiseptique et antiviral
  • Pamplemousse : antiseptique
  • Arbre à thé : anti-bactérien
  • Eucalyptus : respiratoire
  • Clou de girofle : défenses immunitaires
  • Eucalyptus et lavande : baisser la tension

Avoir recours aux plantes dépolluantes

Vous appréciez les plantes d’intérieur pour leur aspect esthétique, sachez qu’elles ont également une fonction assainissante de premier ordre. Les substances nocives sont absorbées grâce à leur feuillage. Elles sont ensuite transformées en matière organique par ses racines. L’efficacité du processus est proportionnelle à la taille de la plante. Le CO2 émis par la plante n’ayant pas de commune mesure avec celui absorbé précédemment, le bénéfice est notable pour la qualité de l’air de la pièce. Toutes les plantes ne disposent pas des mêmes vertus et n’absorbent pas les mêmes polluants. Quelques exemples de plantes dépolluantes :

  • Le ficus absorbe l’ammoniac, le xylène, le formaldéhyde (que l’on retrouve dans les détergents) ainsi que la fumée de cigarette.
  • La fougère élimine la majorité des produits d’entretien.
  • L’anthurium et le spathiphyllum absorbent les substances chimiques.
  • Le croton est efficace contre le formaldéhyde.
  • Le cycas assure l’absorption du xylène et des polluants présents dans les peintures, les colles et les désodorisants chimiques.

A savoir : Veillez à sortir vos plantes pour les traiter afin d’éviter que les pesticides ne se répandent dans votre intérieur. Sinon, aérez pendant votre traitement. L’installation de plantes vertes est contre-indiquée en cas d’allergies, d’asthme, de traitement par chimiothérapie à cause de la moisissure présente dans la terre dans laquelle pousse la plante.

Les nouvelles technologies pour limiter la pollution intérieure

Les climatiseurs

Les modèles dernière génération sont dotés de filtres qui permettent d’assainir et de renouveler l’air d’une pièce en permanence en la débarrassant de la moisissure, des poussières et pollens en suspension. Cette action purifiante ne reste effective que sous réserve que vos appareils bénéficient d’un entretien régulier. Cet entretien ne consiste pas uniquement au dépoussiérage des filtres. Il s’agit également du nettoyage de l’intérieur de l’appareil pour conserver un air sain, maintenir l’efficacité du climatiseur et éviter une surconsommation énergétique.

Les purificateurs d’air

Les purificateurs d’air par filtration permettent de filtrer la majorité des polluants d’intérieur en recyclant l’air. Ils sont proposés sous divers modèles, tailles, formes et design. L’appareil aspire l’air de la pièce qui passe par plusieurs filtres afin de retenir les différents polluants. Sa performance varie selon la taille de la pièce et la qualité des filtres utilisés. Ces derniers doivent faire l’objet d’une surveillance quant à leur propreté afin de maintenir leur efficacité.

Les purificateurs d’air par ionisation. Les ions négatifs, présents en grande quantité dans les espaces préservés tels que les forêts, les montagnes, rafraîchissent l’air et le purifient, d’où ce ressenti de bienêtre. A l’inverse, les ions positifs, présents dans les espaces pollués urbains, participent à l’augmentation de la pression sanguine et du rythme cardiaque. Les purificateurs d’air par ionisation génèrent des électrons qui se transforment en ions négatifs et accentuent la sensation d’air pur. Les ions négatifs attirent les particules en suspension. Dans le même esprit, vous trouverez des ampoules ionisantes qui purifient l’air ambiant et détruisent les odeurs. Les purificateurs haut de gamme associent la simple filtration des polluants et l’enrichissement de l’air à l’aide d’ions négatifs. D’autres diffusent à la fois des ions positifs et négatifs dans le but de neutraliser les bactéries, les virus, les acariens, les moisissures …

Texte : C.MOREL – © PHOTOS : SHUTTERSTOCK, FOTOLIA, DR

Partager.

Répondre