Un habitat écologique

0

Choisir de s’orienter vers une construction à faible impact environnemental implique d’opter pour des techniques, des matériaux et des équipements qui respectent l’environnement tout en permettant aux occupants de bénéficier d’une maison saine et fonctionnelle au quotidien.

Des mesures, qui visent à préserver notre planète, privilégient des labels, des normes qui vont dans le sens d’économies d’énergies, encouragent à s’orienter vers les énergies renouvelables et vers un mode de construction réfléchi. L’implication de la filière du bâtiment est primordiale pour la maîtrise des émissions de gaz à effet de serre et de la consommation énergétique.

L’éco-construction concerne tant le mode de construction que le mode de vie de chaque foyer : Chaque occupant d’une habitation (ou de tout autre type de bâtiment) consomme de l’énergie pour éclairer, faire fonctionner la climatisation ainsi que les appareils électriques et électroménagers. Nos besoins en eau potable au quotidien impliquent également une remise en question de notre gestion individuelle de cette ressource, certes naturelle, mais rare.

Une réglementation adaptée au climat et au mode de vie des habitants

La RTAA DOM (Réglementation thermique, Acoustique et Aération) est spécifique à l’Outre-Mer caractérisé par un climat tropical humide. Cette disposition reprend les méthodes de construction traditionnelles influencées par la protection du rayonnement solaire et l’utilisation de la ventilation naturelle. Elle s’applique à toutes les constructions neuves et tient compte également du risque sismique omniprésent. Les régions Martinique et Guadeloupe ont complété cette disposition en édictant leur propre réglementation thermique (RTG et RTM) en s’appuyant sur leurs spécificités locales.

Le diagnostic de performance énergétique (DPE)

Chaque construction ou chaque bien immobilier proposé à la location ou à la vente doit faire l’objet d’un DPE établi par un professionnel agréé. Ce document, composé de deux étiquettes distinctes et valable 10 ans, permet de connaître la performance énergétique d’un bâtiment en évaluant sa consommation d’énergie et son impact en termes d’émissions de gaz à effet de serre.

La Haute Qualité Environnementale (HQE) a pour objectif de limiter l’impact d’une construction sur l’environnement. Il s’agit ainsi de tenir compte du terrain, du voisinage (en termes de nuisances sonores) mais également de choisir des matériaux et des procédés de construction à faible impact (isolation du bâtiment, choix de peintures à l’eau, d’huisseries performantes, d’une couleur de toiture adaptée à nos latitudes, l’intégration d’équipements économes en énergie …). Le tout complété par des actions sur le chantier telles que la maîtrise des ressources, le tri des déchets, la limitation de l’utilisation de l’eau et sa récupération pour un autre usage … Cette démarche doit intégrer la notion de confort (thermique, phonique, visuel …) afin de procurer un cadre de vie agréable à ses occupants et leur permettre de réaliser de réelles économies tant pécuniaires qu’énergétiques, les deux évidemment étant liées.

Les matériaux qualifiés de durables ne nécessitent que peu d’énergie pour leur fabrication. Toutefois, leur transport constitue également un critère de sélection (préférez des matériaux issus de nos régions et fabriqués sur place pour limiter les gaz à effet de serre).

Ainsi, composé d’éléments naturels (sable, gravier, eau) et de ciment, le béton répond à ces caractéristiques lorsqu’il est fabriqué localement. Son inertie thermique (capacité à stocker la fraîcheur de la nuit pour la restituer au long de la journée et inversement) est un argument en sa faveur. Par ailleurs, le béton dispose maintenant de filières de valorisation.

Le bois, matériau renouvelable, dispose de la capacité de stocker le C02 et constitue un excellent isolant thermique. Veillez toutefois à ce que l’essence proposée soit issue des forêts gérées durablement.

Les briques de terre cuite qui agrémentent surtout le paysage martiniquais sont dotées de performances thermiques reconnues sous réserve de privilégier, là encore, celles fabriquées localement.

Les performances thermiques de ces matériaux ne se conçoivent qu’associées à une couverture adaptée à l’ensoleillement des Antilles. La Martinique dispose d’une alternative grâce aux tuiles issues des mêmes carrières d’argiles que les briques rouges.

Quant à la couverture en tôles ondulées, elle est disponible en divers profilés (dont certains imitent la tuile) et en divers coloris. Sachez que la couleur de la toiture et la qualité de la tôle vont influer considérablement sur le confort thermique de la maison : Les teintes claires repoussent les rayons du soleil alors que les teintes foncées emmagasinent la chaleur. Si vous optez pour une toiture foncée, une isolation renforcée est à prévoir.

Se protéger de la chaleur sous les tropiques est une évidence car une maison bien isolée et protégée des rayons du soleil évite de recourir à la climatisation systématique et améliore le confort de ses occupants. L’inertie thermique d’une habitation peut être améliorée par la mise en place de protections solaires (toitures réfléchissantes, bardages sur les murs, protection des baies vitrées …) afin de préserver la fraîcheur. Cette solution permet également d’économiser jusqu’à 40 % de la facture d’électricité mais également d’améliorer l’isolation phonique en l’associant à une huisserie de qualité.

Une construction durable se conçoit dotée d’équipements qui optimisent l’utilisation de ressources naturelles et limitent la pollution induite par nos activités quotidiennes. Ainsi, l’assainissement non collectif concerne les habitations non raccordées au réseau d’assainissement collectif. Cette installation élimine les graisses, les particules contenues dans les eaux usées provenant d’une habitation. Ces eaux sont traitées puis évacuées par le sol ou le sous-sol. Elles peuvent être source de risque sanitaire et environnemental si l’installation n’est pas conforme.

Son contrôle est obligatoire dans le cadre d’un dossier de permis de construire, du diagnostic lors de la vente d’une maison. Cet état des lieux est également obligatoire pour toutes les installations existantes afin d’y déceler tout défaut d’usure ou de conception. Il est effectué au moins tous les 10 ans par le Service Public d’Assainissement Non Collectif (SPANC).

Le stockage de l’eau et de l’énergie

Se doter d’une citerne de récupération des eaux de pluie constitue un véritable geste éco-citoyen et permet de disposer d’eau lors d’une coupure du réseau public. Cette eau peut être utilisée pour l’arrosage des végétaux, le nettoyage des sols, des véhicules … Il peut s’agir d’une citerne enterrée ou hors-sol. Cet équipement fait l’objet d’une aide financière des Régions Martinique et Guadeloupe, s’il est installé par une entreprise agréée. Le chauffe-eau est un grand consommateur d’énergie.

Le chauffe-eau solaire est d’ailleurs maintenant obligatoire dans les constructions neuves. Cet équipement permet de bénéficier d’eau chaude malgré un temps couvert et un ballon isolé thermiquement la conserve plusieurs jours. EDF propose une aide financière sous réserve de faire appel à un installateur agréé. Son montant varie selon la capacité de l’équipement et le lieu de résidence.

Les panneaux photovoltaïques, placés sur la toiture, convertissent les rayons du soleil en un courant électrique qui peut être consommé ou stocké dans des batteries (choisir des modèles rechargeables et recyclables). Une solution qui permet de bénéficier d’électricité lors de coupures de courant ou de subvenir complètement à vos besoins selon le type de matériel.

L’utilisation de matériaux plus pérennes et le choix d’équipements écologiques influent effectivement sur le montant de la construction. Néanmoins les économies induites se reflètent rapidement sur votre facture énergétique mais également sur l’entretien de la maison au fil des ans. Des matériaux de qualité permettent de réduire les dégradations dues au climat.

Quelques astuces pour réaliser encore plus d’économies

  • Utilisez l’eau ayant servi à laver les légumes pour arroser les plantes.
  • Installez des mitigeurs thermostatiques en préréglant la température. Vous économiserez jusqu’à 30 % d’économie par rapport à un robinet mélangeur.
  • Pensez à opter pour une chasse d’eau à double débit dans les toilettes.
  • Préférez la douche (qui consomme environ 50 L d’eau) à un bain (250 L)
  • Lors de la construction de votre cuisine, prévoyez de pouvoir loger les 3 poubelles permettant le tri sélectif même si, dans un premier temps, votre commune n’a pas encore mis en place cette mesure.
  • Consultez le site EDF afin de prendre connaissance des offres AGIR PLUS destinées à l’installation d’un chauffe-eau solaire, d’une climatisation et d’un éclairage économes, d’une isolation efficace.

Texte : CHRISTINE MOREL – Photos : Fotolia & DR

Partager.

Répondre