CONSTRUIRE SA MAISON

0

La remise des clés de l’habitation constitue un instant crucial dans la vie d’un ménage. C’est pourquoi, la construction de votre maison requiert de s’interroger sur vos attentes afin de rester un moment de joie et non de contraintes et de déceptions.

Il est effectivement primordial de s’entourer d’interlocuteurs bénéficiant de toutes les garanties et assurances obligatoires. Ces professionnels peuvent également assurer la prise en charge des démarches administratives selon le type de contrat. Il peut s’agir d’un architecte, d’un maître d’oeuvre, d’un constructeur, d’un promoteur qui sont particulièrement au fait de l’évolution des normes et des dernières réglementations en vigueur afin de garantir votre sécurité notamment en cas de catastrophe naturelle majeure.

A cet effet, les constructions antillaises doivent être adaptées au climat et aux spécificités locales selon les règlementations parasismiques, paracycloniques et la RTM (règlementation thermique de la Martinique).

Les constructeurs proposent des maisons inspirées de l’architecture créole et en harmonie avec leur environnement.

Au-delà de la kyrielle de possibilités de construction, entre les maisons en kit, en bois, en béton, modulaires, vous avez également le choix entre une maison type proposée par les constructeurs ou bien une habitation sur mesure. Une question d’esthétisme mais surtout de budget ! A vous de vous orienter vers le concept qui vous convient le mieux.

La maison en kit

Elle apparaît comme une solution attractive financièrement d’autant plus pour les bricoleurs confirmés qui choisissent de se lancer seuls dans la construction. Vous avez alors la charge des démarches administratives. Ce procédé permet de bénéficier d’un tarif intéressant car les éléments de la structure sont produits en quantité importante. Il est également possible de faire appel à des artisans à différentes étapes de la construction.

La maison en kit fait l’objet d’un contrat de vente excepté si le vendeur des matériaux se charge également de l’assemblage ; Il s’agit alors d’un contrat de constructeur.

Une maison en bois

Malgré les assauts du climat, des insectes, des champignons et des termites, la maison bois est plébiscitée pour son esthétique et sa fiabilité. Le bois est effectivement reconnu pour son bon comportement lors d’un mouvement de terrain grâce à sa souplesse et sa légèreté. Seul pré requis : Opter pour un bois rouge résistant naturellement aux différentes attaques ou pour une essence en provenance d’Europe, sous réserve qu’elle soit traitée en profondeur à l’aide d’un produit écologique et inoffensif pour l’homme. Il existe plusieurs classes d’emploi ; La classe 3 concerne les bois sans contact avec le sol et la classe 4, les bois en contact avec le sol ou soumis à une humidification fréquente ou permanente.

L’habitat modulaire

Dernier-né des modes de construction, l’habitat modulaire se présente comme une alternative intéressante. Il offre, par la suite, la possibilité d’agrandir l’habitation.

Ce concept est assurément assez récent en termes d’habitation. Pourtant le procédé est utilisé depuis des décennies pour la construction de bureaux ou la mise en place de locaux de chantiers.

Son intérêt se résume en trois mots : rapide, écologique et accessible : Le gros œuvre est considérablement réduit par la légèreté de la structure ; Ainsi le délai de construction et le coût global n’en sont que plus séduisants. Seuls impératifs, le terrain doit être plat et permettre l’accès d’une grue chargée de positionner les modules préalablement acheminés par camion.

Ses structures sont disponible en bois et en acier recyclé alors habillé de bardage de bois. Les dimensions varient selon les entreprises proposant ce type d’habitat. Il suffit de combiner le nombre de modules (scellés entre eux) selon la superficie souhaitée. Ensuite, l’habitation se prête à tout type de finitions. Une fois la construction achevée, il est impossible de distinguer une villa modulaire d’une construction dite classique. L’habitat modulaire fait l’objet d’un contrat CCMI et répond à l’ensemble des normes de construction en vigueur.

La construction béton

Le béton a longtemps été plébiscité aux Antilles pour sa robustesse. Il bénéficie d’ailleurs, depuis 10 ans, d’une norme qui améliore ses performances en déterminant sa composition et les caractéristiques de ses composant selon le type d’ouvrage. La construction peut être réalisée à l’aide de parpaings ou en béton banché, capable de supporter des charges importantes.

Les constructions en briques sont indissociables des paysages martiniquais. Elles attirent le regard au détour des routes et s’accompagnent généralement d’une toiture de tuiles. Extraits de carrières de l’île et fabriqués localement, ces matériaux, au-delà du cachet qu’ils procurent, ont prouvé leurs performances thermiques et acoustiques et leur résistance lors du déchaînement de mer nature.

Les garanties

Chaque professionnel qui intervient à une étape de la construction engage sa responsabilité et doit disposer d’une assurance en cas de désordre de son fait. A vous de vérifier que chaque intervenant a bien souscrit ce type d’assurance pour éviter les soucis à venir.

La garantie décennale concerne la construction en elle-même, sa solidité et les dommages la rendant impropre à sa destination, le tout pendant dix ans, comme son nom l’indique.

La garantie de parfait achèvement court pendant une année, à compter de la date de réception de la maison. Il peut s’agir de réserves signalées lors de la réception ou de malfaçons qui se révèlent par la suite.
La garantie de bon fonctionnement vous permet de faire remplacer un équipement (robinet, fenêtre, porte, prises électriques, chauffe-eau…) pendant les deux premières années. L’entreprise a l’obligation de procéder au changement sans se retrancher derrière la garantie du fabricant du matériel défectueux pendant cette période.

Le maître d’ouvrage (l’acheteur) a également l’obligation de souscrire une assurance dommages-ouvrage avant l’ouverture du chantier. Cette dernière sera utile pour être indemnisé en cas de problème.

Au constat d’un désordre, le maître d’ouvrage doit adresser un courrier recommandé avec accusé réception au constructeur, au maître d’œuvre ou à l’entreprise concernée selon le type de problème rencontré.

Texte : Christine Morel
Photos : © FOTOLIA

Partager.

Répondre