LA GUADELOUPE ET SES ÂMES ANCIENNES

0

Aux Antilles, il a longtemps été de tradition d’héberger les aînés dans l’entourage familial lorsqu’ils commençaient à perdre leur autonomie et qu’ils ne pouvaient plus rester seuls à leur domicile.

Cependant, de nos jours, l’éloignement des familles, les logements moins spacieux, des pathologies trop lourdes … peuvent contraindre à s’orienter vers d’autres solutions d’accueil. Nos sociétés sont effectivement confrontées à la problématique du vieillissement de la population depuis le début de ce siècle. L’augmentation du nombre de personnes âgées créant ainsi de nouveaux besoins, des opérateurs publics se sont lancés dans des programmes de construction de logements sociaux adaptés aux personnes âgées dépendantes depuis cette dernière décennie sur nos territoires. Selon le degré d’autonomie ou de dépendance, les seniors sont orientés vers une structure d’accueil médicalisée (EHPAD) ou vers un établissement d’hébergement pour personnes âgées (EHPA).

Les régions de la Martinique et de la Guadeloupe
comptent parmi les zones les plus concernées par le vieillissement de la population. Et le rythme va s’accélérer au fil des ans.

Les Établissements d’Hébergement pour Personnes âgées Dépendantes (EHPAD)

Ce type de structure peut dépendre du secteur privé ou public ou encore d’une association. Son ouverture requiert l’autorisation de l’Agence Régionale de Santé (ARS) et du conseil départemental de Guadeloupe ou de la collectivité territoriale de Martinique et fait l’objet d’une convention tripartite. Il s’agit de maisons de retraites médicalisées destinées aux personnes de plus de 60 ans ayant besoin d’aide au quotidien.

Les Établissementsd’hébergement pour Personnes Âgées (EHPA) regroupent plusieurs offres de services adaptées selon la situation :

Les résidences spécialisées avec services : Elles sont destinées à accueillir des aînés autonomes et valides, vivant seuls ou en couple. Ce type d’hébergement public ou privé, permet de bénéficier de services ou d’équipements tout en conservant son indépendance. Les services complémentaires sont payants (aide-ménagère, restauration, services paramédicaux, animations …).

Les accueillants familiaux constituent une alternative à l’hébergement en établissement spécialisé, plus coûteux. Il peut s’agir d’un accueil permanent ou pour une période définie, le temps de vacances ou d’un week-end pour une famille qui héberge un aîné. L’accueillant, après une formation, s’engage à recevoir et à prendre soin d’une personne âgée ou d’un couple, qu’il soit autonome ou dépendant, contre une rémunération. L’agrément est délivré par les services de votre département ou collectivité.

Les Unités de Soins Longue Durée (USLD) Ces structures relèvent du secteur hospitalier. Elles s’adressent aux personnes ne disposant plus d’autonomie et dont l’état de santé nécessité des soins lourds et constants. Le coût de séjour dans un établissement étant élevé, des aides et allocations destinées à participer au financement de leur hébergement sont disponibles, selon l’âge, l’état de santé et sous conditions de ressources :
• L’allocation de logement familiale (ALF)
• L’aide personnalisée au logement (APL)
• L’allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA)
• L’allocation de logement social (ALS)
• L’aide à l’acquisition d’une couverture maladie
complémentaire (ACS)
• La couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C)
• L’aide personnalisée pour l’autonomie (APA)

L’article 205 du Code Civil prévoit l’obligation des descendants, qui disposent de revenus suffisants, de venir en aide à leurs parents en cas de nécessité. Cette responsabilité inclut le financement des frais d’hébergement en résidence pour les personnes âgées.

Texte : Christine MOREL – Photos : Simax Communication

Partager.

Répondre