ET POURQUOI PAS DES VACANCES DANS LA CARAÏBE

par Maisons Créoles

Le bassin caribéen, très prisé par les occidentaux pour son climat, s’avère également un point de chute idéal au départ des Petites Antilles car il associe, malgré la proximité, la diversité de destinations.

Chaque île met en avant ses atouts. Si elles disposent toutes de superbes littoraux, leur positionnement sur le secteur touristique diffère entre tourisme de masse jusqu’au marché très haut de gamme en passant par l’écotourisme.

Les plages de sable blanc, les rivières, les cascades, les volcans, les forêts tropicales, les sites patrimoniaux d’exception, les monuments architecturaux typiques, une cuisine savoureuse et des populations aux cultures diverses bien que proches. Voici les composantes de ces îles voisines que vous pensiez connaître et qui néanmoins n’ont pas fini de vous surprendre.

L’économie touristique en période estivale

Le tourisme de loisirs est constitué à plus de 90 % de visiteurs en provenance de l’hexagone alors que les autres îles de la région accueillent une clientèle d’origine plus variée. Toutefois, la courbe a sensiblement évolué cette dernière saison grâce aux rotations de la compagnie aérienne Norwegian qui draine une clientèle en provenance des Etas Unis.

En haute saison (de décembre à avril), la Martinique et la Guadeloupe sont plutôt fréquentées par des couples alors que les mois de juillet et août constituent une période particulière pour nos départements puisque les grandes vacances attirent les familles.

Aux touristes venus explorer ces îles sœur viennent s’ajouter les nombreux Antillais résidant en métropole qui reviennent « au pays » pour les vacances d’été. Ce tourisme est qualifié d’affinitaire, pour établir les statistiques, Il représente aux alentours de 30 % des visiteurs à cette époque de l’année. Loger en famille ou chez les amis représente le mode d’hébergement le plus courant pour ces visiteurs.

La durée de séjour fait l’objet de fortes disparités selon le type de touriste et la saison. Le touriste affinitaire séjourne entre 20 et 30 jours sur son île d’origine, une durée supérieure à celle d’un touriste de loisirs.

Le taux d’occupation des hôtels, gîtes et locations saisonnières atteint son apogée lors de la haute saison. La basse saison connaît cependant quelques pics durant l’été, entre autres, pour la période du 15 août ou lors de manifestations sportives ou culturelles de renom. Les tarifs des billets d’avion, des hébergements, des loueurs de voitures subissent une baisse sensible dès la sortie de la haute saison mais face à ce rebond d’activités en juillet et août, il est revu légèrement à la hausse. Loi de l’offre et la demande oblige !

On constate un intérêt grandissant des résidants antillais pour l’île sœur ; Ainsi de nombreux Martiniquais partent à la découverte de la Guadeloupe pendant l’été et inversement. Ce type de tourisme influe sur les modes de consommation notamment en termes de location de voitures puisque les navettes maritimes effectuant les rotations entre ces deux îles permettent de voyager avec son propre véhicule.

Certains évènements hauts en couleurs viennent effectivement renforcer l’attractivité de nos destinations en période estivale à l’image des Tours cyclistes de Guadeloupe et de Martinique, du tour des Yoles, du festival culturel de Fort-de-France en Martinique, de la fête de Cuisinières, du festival du Gwo Ka en Guadeloupe…

Les hébergements dans la Caraïbe

La qualité des prestations en termes d’hébergements permet de sélectionner le type de visiteurs. Ainsi, quelques îles telles la petite île de Saint-Barthélemy, La Barbade ou Sainte-Lucie ont choisi de s’adresser à une clientèle aisée en proposant des hébergements de type hôtels de luxe généralement dotés d’un spa de renom et des villas proposant des prestations de standing.

D’autres, à l’image de la République Dominicaine, ont fait le choix des resorts gigantesques qui accueillent des visiteurs venus principalement pour le farniente et la formule all-inclusive très appréciée lorsque l’on souhaite s’en tenir à un budget.

La Dominique joue la carte de la nature sauvage et préservée et constitue un véritable paradis pour les randonneurs. Les écolodges en pleine nature, les petites structures à l’accueil personnalisé, les cottages, les guesthouses à l’ambiance familiale sont disséminés sur toute l’île. Quant aux hôtels, ils sont situés dans les zones du littoral ou les villes telles que Sportmouth ou Roseau.

En Martinique et Guadeloupe

Certaines îles, comme la Guadeloupe, la Martinique ou encore Saint-Martin, plus hétéroclites, bénéficient d’un large panel en termes d’hébergement allant de la location de studios, bungalows ou appartements jusqu’à la ville de luxe, en passant par toutes les catégories d’hôtels. Cette diversité se retrouve également dans les activités à disposition des touristes.

La grande majorité des établissements hôteliers sont situés à proximité des zones répertoriées comme les plus touristiques à l’instar de Gosier, Sainte-Anne et Saint-François, Deshaies et Bouillante pour la Guadeloupe ou Sainte-Anne, Saint-Luce, Le Marin, Les Trois îlets, Le Diamant situés sur la côte Sud de la Martinique.

Les hôtels font désormais quasiment jeu égal avec les gîtes et les locations saisonnières alors qu’environ dix ans auparavant, l’hôtel constituait le premier mode d’hébergement. Des modes d’hébergement alternatifs ont vu le jour ces dernières décennies jusqu’à se développer considérablement ; L’écotourisme est effectivement en plein essor.

Les établissements jouent la carte du développement durable et se tournent vers des sources d’alimentation en électricité solaire, la préservation des ressources en eau et des constructions réalisées grâce à des matériaux écologiques.

Un effort qui ne peut qu’enthousiasmer les visiteurs attirés par l’aspect nature et authentique de nos destinations.

La baignade, une activité de saison toute l’année

La plupart des destinations de la Caraïbe sont, bien, sur axées sur le balnéaire qui représente un atout majeur aux yeux de visiteurs en provenance de métropole. Néanmoins l’attrait pour le tourisme vert est grandissant au vu du potentiel de ces deux départements.

Si la baignade s’avère un de vos passe-temps favoris, vous n’avez que l’embarras du choix. Tout commence par la sélection de la plage entre des côtes paisibles ou d’autres plus tumultueuses et des nuances de sable qui varient du blanc éclatant au gris intense sur les plages volcaniques.

Les fonds blancs communément connus sous l’appellation de « baignoire de Joséphine » situés entre Le Robert et Sainte-Anne en Martinique représentent une activité de détente très prisée. Ces fonds sablonneux permettent de se baigner dans à peine un mètre d’eau en pleine mer.

Les sources chaudes ou encore les cascades à l’eau vivifiante font la joie des promeneurs au détour des traces arpentées lors de randonnées dont certaines sont accessibles au grand public sans difficultés majeures.

Pour les contemplatifs

Les superbes fonds sous-marins peuvent s’observer en famille à bord de bateaux à fond de verre situés dans la réserve naturelle de Bouillante (Guadeloupe) ou à la Pointe du Bout (Martinique). Le monde sous-marin dispose d’une formidable palette d’espèces et de couleurs entre poissons tropicaux multicolores, raies, tortues… des coraux, gorgones, éponges… et des tombants et épaves à explorer. Que vous soyez plongeur débutant ou confirmé, la transparence des eaux offre une excellente visibilité afin de découvrir une faune et une flore exceptionnelle.

Les croisières à la journée constituent un moment privilégié. Elles permettent d’accéder à des panoramas inédits dans un contexte décontracté et sans nécessité d’avoir le pied marin. Si le programme est sensiblement le même pour tous , le nombre de passagers peut varier considérablement selon le type de bateau que vous aurez choisi. Renseignez-vous sur ce point avant le départ.

D’autres structures proposent des sorties en mer pour partir à la rencontre des baleines, dauphins et cachalots dans leur milieu naturel dans le respect du monde marin pour une expérience inoubliable.

Pour les sportifs

Les deux îles disposent de côtes aux conditions parfaites pour les riders sous réserve cependant de choisir le spot qui correspond à leur niveau.

La mangrove, qui s’avère une niche écologique pour les crustacés et les oiseaux, s’approche lors de balade en canoë-kayak ou en bateau électrique. Le must étant de l’apprécier accompagné d’un guide naturaliste pour comprendre l’utilité de cet écosystème si particulier.

La balade en scooter des mers est accessible à chacun sans nécessité d’avoir le permis mer. Il suffit d’être accompagné d’un moniteur diplômé. Cette activité est disponible dans les nombreuses bases nautiques des deux îles sous diverses formules (à l’heure, à la ½ journée ou à la journée).

La pêche au gros, qui n’est pas de tout repos, offre des sorties mémorables en compagnie de professionnels qui connaissent les zones de pêche pour traquer le thazard, le marlin, l’espadon… Cette activité est également ouverte aux accompagnateurs.

Les loisirs verts

Le Nord de la Martinique et la Basse Terre de la Guadeloupe vous réservent de belles surprises avec des paysages, des sites naturels de toute beauté et propices à l’exploration.

Les nombreuses traces sont répertoriées selon leur difficulté d’accès. Parmi les incontournables, nous vous recommandons l’ascension de la Montagne Pelée et du Morne Larcher en Martinique et celles de la Soufrière et des Chutes du Carbet en Guadeloupe. Les offices de tourisme fournissent le détail des différents itinéraires.

Pour certaines randonnées pédestres de grande découverte ou encore pour accéder simplement à des sites naturels quasi méconnus et ainsi moins fréquentés, il est fortement conseillé de faire appel à des guides diplômés. Vous bénéficiez ainsi des meilleures conditions grâce à leur connaissance parfaite de la forêt tropicale. Vous pouvez également partir, accompagné d’un guide naturaliste, en totale immersion avec mère nature. Certaines prestations incluent un bivouac en forêt, une descente de cascade en canyoning.

Si vous souhaitez partir à la découverte de la flore sans effort, des jardins ou parcs paysagers donnent accès à ces diverses espèces dans de superbes cadres. Chaque île dispose également d’un parc zoologique et botanique abritant une faune diversifiée dont certaines espèces sont menacées de disparition.

La visite de l’île hors des sentiers battus est une activité qui peut se concevoir sans se fatiguer à bord d’un véhicule 4×4 ou d’un quad. Les formules proposées combinent découverte du secteur, le repas et généralement une pause baignade et la visite d’un musée ou d’une distillerie.

Les parcours d’accrobranches offrent des balades inédites dans la canopée en toute sécurité. Elles offrent la possibilité de marcher sur des sentes suspendues dans la végétation, au milieu d’arbres parfois centenaires.

L’équitation, en phase avec la nature exubérante, est accessible aux cavaliers débutants ou confirmés. C’est l’occasion de partir en excursion sur une plage avec, là encore, une pause baignade, une escapade dans les champs de canne ou dans la forêt.

Loin de l’agitation, les amateurs de golf confirmés ou débutants ont à leur disposition sur chaque île un parcours réalisé par l’architecte Trent-Jones qui combine plan d’eau, collines, bunkers…

L’aspect culturel est loin d’être négligeable sur ces deux îles où foisonnent les musées ethnologiques, de savoir-faire, de saveurs, les distilleries, les habitations… A visiter le temps d’une pause enrichissante au cœur de l’histoire des Antilles.

Les évènements de l’été

Pendant l’été, de nombreuses manifestations sont organisées notamment par les communes : Des fêtes patronales ont lieu aux quatre coins des deux îles, elles ont souvent pour thème la découverte de leur terroir. Nous avons fait le choix de vous indiquer quelques évènements majeurs de cet été. La liste n’étant pas exhaustive, vous pouvez obtenir le programme des réjouissances auprès de l’office de Tourisme ou syndicat d’initiative de votre lieu d’hébergement ou encore du Comité du Tourisme martiniquais ou du Comité du Tourisme des îles de Guadeloupe.

Guadeloupe :
Tour de Guadeloupe de Voile traditionnelle => 9 au 17 juillet
Tour cycliste international => 29 juillet au 7 aout
Fête des cuisinières => 6 aout
Fête des marins de Saint-François => 14 et 15 aout
Fête des pêcheurs à Terre-de Haut => week-end du 15 aout

Martinique :
Trempage Show de la Trinité => 3 juillet
Festival culturel de Fort-de-France => du 4 au 24 Juillet
Carrefour du Tambour au Marin => 8 au 10 juillet
Tour cycliste international => 9 au 17 juillet
Tour des Yoles => 31 juillet au 7 aout

Se déplacer

Avec la période estivale s’ouvre chaque année le bal des rotations aériennes et maritimes afin d’accéder à un maximum de destinations dans la Caraïbe. Les différentes compagnies renforcent leurs rotations régulières et proposent également des destinations ponctuelles afin de vous inviter à découvrir des escales à votre portée. Certaines proposent des forfaits incluant le billet aller-retour vers la destination de votre choix, l’hébergement et la location de véhicule.

Voyager par les airs

Les compagnies aériennes se positionnent sur le créneau local en termes de destinations mais également de tarifs. Elles poursuivent leur conquête de nouvelles destinations. Consultez leur site internet pour connaître leurs meilleures offres pour l’été car la concurrence est rude.

Voyager par la mer

De nombreuses liaisons maritimes sont opérées à bord de vedettes rapides entre les îles de Martinique, de la Guadeloupe continentale et des dépendances (Les Saintes, Marie-Galante, la Désirade) et également des îles voisines (La Dominique ou encore Sainte-Lucie au départ de la Martinique).
Les compagnies assurant les rotations entre la Martinique, La Guadeloupe, La Dominique permettent aux visiteurs d’embarquer avec leur véhicule.

Louer un véhicule

Les mois de juillet et août sont très prisés par les Antillais qui rentrent dans leur famille. A cette affluence vient s’ajouter les touristes venus profiter du climat des Antilles. Il est ainsi recommandé de prévoir de réserver un véhicule avant d’arriver sur l’île.

Les loueurs nationaux disposent d’un parking réservé dans la zone aéroportuaire. Leurs bureaux sont accessibles par navette. Pour les loueurs locaux, il faut les prévenir de votre heure d’arrivée afin qu’ils puissent ensuite vous accompagner jusqu’à leur bureau pour récupérer votre véhicule.

A savoir :
Sur l’île de Terre-de-Haut aux Saintes, seuls les scooters, les vélos et les voitures électriques sont autorisés à circuler. Des minibus au départ du débarcadère permettent de bénéficier d’une visite guidée de l’île. Pour le long week-end du 15 août, date de la fête de Terre-de-Haut, toute circulation est interdite sur l’île pendant 3 jours, vous ne pouvez que marcher.

La gastronomie antillaise

Plus qu’un simple art culinaire, la cuisine antillaise constitue un reflet des composantes de sa population.

La cuisine créole combine avec bonheur les produits du terroir aux saveurs en provenance des quatre coins du monde. Une particularité qui s’explique par l’histoire des Antilles.

A titre d’exemple, les gratins de légumes, les fricassées de poissons et le court-bouillon sont directement issus de la tradition culinaire française.

La consommation de manioc, pois, bananes plantain et de racines provient d’Afrique.

Le curry, ingrédient majeur de la pâte à colombo, spécialité emblématique des Antilles, est, quant à lui, importé par les Indiens. La cuisine indienne est d’ailleurs particulièrement parfumée grâce aux nombreuses épices qui la composent (coriandre, clou de girofle, safran, cardamone, cumin, cannelle, moutarde…).

Simple et parfumée, la cuisine antillaise se distingue par une teneur en graisse contenue, tant dans les sauces comme dans les apprêts, ce qui facilite la digestion. Cependant, le sucre est présent partout lors d’un repas, dès le traditionnel ti punch jusqu’aux desserts (flan au coco, blanc manger, crème cassave, banane flambée, sorbets ou fruits pays) en passant par les légumes pays.

Si elle peut paraître exotique aux yeux des touristes de par ses épices, elle n’en reste pas moins une valeur sûre qui compte désormais parmi les atouts de nos destinations.

La base de cette cuisine réside dans l’assaisonnement ; Les viandes et poissons macérés bénéficient alors d’une saveur unique.

La cuisine familiale est généralement des plus savoureuses puisqu’elle est réalisée de façon traditionnelle et authentique. Les recettes se transmettant de générations en générations.

La carte des restaurants créoles reste généralement très classique (acras, boudin, féroce d’avocat, crabe farci, poissons grillés sauce chien, poulet boucané, plats en sauce, plats typiques comme le blaff, le court-bouillon de poisson, la fricassée de lambi, de chatrou…

D’autres restaurants à vocation plus gastronomique métissent à merveille les produits du terroir aux recettes traditionnelles et font preuve d’une étonnante créativité. Il s’agit souvent de chefs antillais, partis faire leurs armes dans diverses régions de France ou pays du monde entier, qui reviennent forts d’expériences enrichissantes pour le plus grand bonheur des épicuriens.

Texte : Christine Morel
Photos : Simax Communication

Vous aimerez aussi

Laissez un commentaire

À Propos

Si embellir, agrandir, transformer, décorer, colorer votre Home Sweet Home est au cœur de vos préoccupations vous êtes à la bonne adresse ! 

Feuilletez le Magazine
en ligne !

Newsletter

Inscrivez-vous à notre Newsletter pour ne rien manquer de nos dernières actualités !

 

• Inspirations déco

• Lifestyle & évasion

• Shoppings tendance

 

© 2022 – All Right Reserved. Designed and Developed by MaisonCréoles