COMMENT AVOIR UNE BELLE PELOUSE

0

À chacun sa conception du jardin ; certains l’imaginent luxuriant, planté de multiples végétaux tandis que d’autres opteront pour un terrain recouvert d’une pelouse verdoyante.

Pour un résultat optimal, il convient tout d’abord de déterminer l’usage qui en sera fait afin de choisir la bonne variété à installer ; la pelouse est-elle destinée à servir de terrain de jeu, de plage piscine, à accueillir la cuisine extérieure, à avoir un caractère ornemental avec peu de piétinement ?

Lors d’une construction, le jardin se prépare au même titre que l’agencement et l’aménagement de l’habitation. Profitez-en pour mettre tous les atouts de votre côté en respectant les différentes étapes ; votre jardin n’en sera que plus agréable.

La préparation du terrain

Ne pensez pas semer le gazon à la volée sur votre terrain et obtenir ensuite une belle étendue herbeuse bien régulière. Cette opération ne s’effectue pas à la légère. Avant tout, commencez, par temps sec de préférence, par retourner la terre sur environ 20 cm de profondeur de façon à aérer le sol ; complétez avec un apport de terre végétale si nécessaire ; nivelez la terre à l’aide d’un râteau ou d’une griffe ; supprimez les éventuels roches et cailloux ; utilisez un désherbant bio (sans glyphosate) et laissez-le agir pendant un mois. Avant de passer à la phase de plantation, recommandée pendant la période humide, apportez de l’engrais bio au sol et arrosez aussitôt pour qu’il pénètre dans le sol.

Le choix du gazon selon l’usage, le type de sol et l’exposition au soleil

L’Axonopus compressus ou gazon antillais supporte à la fois les conditions de sécheresse, d’humidité, d’exposition au soleil ou à l’ombre et il reste toujours vert. Ses feuilles larges et plates sont plaquées au sol et limitent ainsi le nombre de tontes. Le Cynodon ou Bermuda grass ou chiendent pied-de-poule a un feuillage persistant, très fin, très résistant et rampant. Il dispose d’une croissance rapide qui permet de couvrir rapidement le sol. Il préfère les expositions ensoleillées et croît plus difficilement en zone humide ou ombragée. Il résiste au piétinement et aux embruns. Le Zoysia japonica grandit lentement mais il forme un tapis bien épais agréable pour les pieds nus. Il s’installe dans les zones ombragées et en bord de mer. Sa ressemblance avec le Cynodon n’est que visuelle car il ne dispose pas de la même résistance et nécessite des tontes très régulières. Le Paspalum notatumou ou Bahia grass supporte bien le soleil et les températures élevées mais il a besoin d’être arrosé régulièrement. Il résiste au piétinement et pousse rapidement ; il convient donc de prévoir des tontes très régulières.

L’entretien

Pour conserver une belle pelouse, la tonte est essentielle car elle lui apporte son homogénéité. Mieux vaut l’effectuer régulièrement à environ 5 à 6 cm de hauteur plutôt que tondre occasionnellement et trop court. En période de sécheresse, une pelouse haute résistera mieux. Changez de parcours avec la tondeuse afin de ne pas couper les brins toujours dans le même sens. Il est recommandé d’éliminer les mauvaises herbes, de ne pas ramasser mais au contraire d’étaler, à l’aide d’un râteau, les résidus de tonte, riches en azote pour enrichir le sol. Enfin l’utilisation d’engrais bio spécial gazon lui permet de se nourrir et le rend plus résistant.

Le gazon synthétique

Pour disposer d’une belle pelouse sans supporter les contraintes d’entretien, le gazon synthétique constitue une alternative. Ses atouts sont indéniables ; il reste vert même en période de sécheresse, ne nécessite ni tonte ni arrosage ni engrais ou pesticide et il évite les traces de pas les jours de pluie ! Les dernières générations ressemblent à s’y méprendre au gazon naturel, sous réserve toutefois de choisir une gamme de qualité. Pour un meilleur résultat, les bandes de gazon doivent être installées avec tous les brins dans le même sens. Le gazon court, plus résistant, est à privilégier dans les zones de passage (allée, plage piscine, espace détente …). Le gazon long apporte un plus bel effet visuel sur une grande surface.

Texte : © Christine Morel

Partager.

Répondre