BAILLIF ET LE CHEVALIER DE SAINT-GEORGES

0

Sur les hauteurs de la commune se trouve l’ancienne propriété de Georges de Bologne de Saint-Georges : Clairefontaine, Habitation-sucrerie et caféière abritant des vestiges de machines, puits, moulin-à-eau ; aqueduc et restes de canal, ainsi qu’une cheminée gravée 1867, un cachot, la purgerie où l’on séparait le sucre de la mélasse, l’étuve où séchaient les pains de sucre.

Georges, membre du Corps d’Armes des Mousquetaires Gris, Fermier Général ; épouse à Basse- Terre, le 9 Août 1739 Elisabeth Françoise Mérican qui lui donne une fille Elisabeth-Bénédictine. Le 25 décembre 1745, Anne dite Nanon une de ses esclaves, lui donne un fils Joseph, dont le destin et la notoriété traverseront les époques.

L’Exil

Le 17 décembre 1747, Georges tire l’épée contre un cousin de son épouse, tandis que son serviteur africain assomme le blessé avec un bâton. ..le père de famille n’y survit pas. Risquant la peine capitale, Georges embarque avec lui son épouse, leur fille, Nanon et Joseph pour Bordeaux. A Basse-Terre, le 31 mars 1748, condamné à la pendaison par contumace, ses biens sont saisis.

La Grâce

Obtenue grâce à son frère Pierre, Conseiller du Roi, Georges rejoint Baillif le 2 décembre 1749, il enseigne à son fils, l’escrime et la musique. Le 12 août 1753, ils s’embarquent vers la France sur le « Bien-Aimé », car Joseph entre à Paris à l’Académie de Nicolas Texier de la Boëssière. Maître d’armes, inventeur du masque d’escrime à treillis, homme de lettres, il dira de Joseph: « Racine fit Phèdre et moi j’ai fait Saint- Georges ! ».

Joseph Chevalier de Saint-Georges Fin bretteur, excellent cavalier, danseur, chef d’orchestre, violoniste virtuose et compositeur, il est intégré en 1761 au corps des Gendarmes de la Garde du Roi. Le 10 mai 1763, Georges lui achète la charge de Conseiller du Roi. Ce père attentionné qui décède le 26 décembre 1774, avait rédigé le 9 décembre 1765 un testament dans lequel il léguait à Nanon la somme de 3000 livres et à Joseph celle de 50 000 livres. Elisabeth et sa fille, épouse du Baron Etienne Levelu de Clairefontaine, Capitaine de Cavalerie au régiment du Roi dès 1773, rentrent en France. En 1775, Joseph est Directeur de Musique de la Reine Marie- Antoinette et comme d’autres héritiers de grandes familles des îles brillent à la cour, Joseph déclare à Louis XVI : « Sire, toute votre cour est Créole ! ». A la Révolution, l’Habitation est mise sous séquestre.

Joseph, Capitaine dans la Garde Nationale est nommé le 7 septembre 1792, Colonel de « la Légion franche de cavalerie des Américains*du Midi », forte de 400 chasseurs à pied et de 150 chasseurs à cheval : les « Hussards de Saint-Georges », (1789/1815), formée d’hommes Libres dont le Lieutenant- Colonel Dumas, père de l’écrivain. Saint-Georges s’éteint le 10 juin 1799 dans son appartement parisien. En 1802, sa demi-soeur Elisabeth, dont il était proche, accueille à Agen, la famille de Toussaint-Louverture, dont Placide, l’un des fils du héros de l’indépendance Haïtienne.

En 1814, Clairefontaine est vendue au négociant Jacques Solier puis la sucrerie passe en 1833 à son neveu Alfred D’Alaret Solier dont le tombeau repose près de la route. En 1864, Clairefontaine est revendue au négociant Charles Lanrezac. En 1888, Clodomir Bosc l’achète pour 7000 francs. L’Habitation revendue ensuite, reçoit en 2012 le label de « Maison des Illustres ».

*Américains désignait les habitants des Antilles.

Texte : © ASB

Partager.

Répondre