Le chapeau chinois

0

Découvert en 1791, le plant reçoit le nom d’Holmskioldia en l’honneur du botaniste et haut fonctionnaire Danois Johan Theodor Holmskjold (1731/1793), et l’épithète Sanguinea se réfère à la couleur rouge sang.

Cette plante tropicale, lianescente et très ornementale appartient à la famille des Verbenaceae, dont le genre comprend une dizaine d’espèces. Endémique du Sud de l’Asie en zone tropicale, des contreforts de l’Himalaya subtropical, on la retrouve dans le sud de l’Asie au Pakistan, en Inde Septentrionale, au Bangladesh, Bengale et Birmanie, l’Holmskioldia est aussi cultivé à Tahiti et en Nouvelle-Calédonie.

Différents noms lui sont attribués comme le « Chapeau Chinois », la « Coupe et Saucière » (sur l’île de la Réunion), « Cup-and-saucer» ou « Mandarin Hat » chez les anglophones, « Fleur parasol » ou « Jhule Phool » au Pakistan, Ghurhulpaharia au Bengale. La plante a été introduite à la Martinique en 1859, puis naturalisée dans les Caraïbes, le Guatemala et l’Amérique Centrale, le Mexique et Hawaï.

Très prisée sous nos climats ses besoins en eau sont modérés, elle se plait au soleil comme en mi ombre. Isolée ou plantée en haies comme en massifs, elle supporte également les embruns des bords de mer et le vent.

Le chapeau Chinois qui peut s’élever à quatre mètres forme un arbuste au port dressé, très ramifié dont le tronc est recouvert d’une écorce grisâtre et dont les branches se couvrent d’inflorescences qui sont formées de fleurs étroites évoquant des trompettes. (Leurs bords élargis évoquent les salakos, chapeaux des annamites). Son feuillage persistant est légèrement rugueux et denté.

Les abeilles, les papillons et les colibris assurent sa pollinisation laquelle donne des « fruits » non comestibles comprenant quatre carpelles enchassés dans le calice. Sur les graines blanchâtres se trouve un tégument.

QUELQUES VARIÉTÉS 

  • Holmskioldia sanguinea var citrina ce chapeau chinois porte des fleurs vert/ jaune citrine, veinées de vert et leur feuillage est plus clair. C’est une variété qui est plus rare.
  • Holmskioldia Saguinea cv. “Bronze” La floraison de cette variété va du vert au rouge cuivré et les fleurs sont écarlates.
  • Holmskioldia Sanguinea cv. « Mandarin rouge », offre une couleur rouge foncé et un feuillage plus clair.
  • Holmskioldia speciosa ou Karomia speciosa “Purple Chinese Hats” ou “Violet Holmskioldia”. Endémique d’Afrique Australe (où la plante pousse dans le bush), ainsi que de l’île de Madagascar, (Speciosa signifie sensible, élégant), son port est arrondi et ses couleurs exceptionnelles sont roses et bleues à mauves. On l’a retrouve également à Tahiti.
  • Holmskioldia angustifolia Mold, endémique du Sud-Ouest de Madagascar, le plant porte des feuilles étroites ainsi que des fleurs petites et mauves.

MULTIPLICATION

Elle s’obtient par le semis des graines, ou par bouturage des tiges ou marcottage. Il existe de nombreuses sous-espèces et cultivars. La plante qui résiste aux maladies nécessite peu de soins.

Dans son pays d’origine les feuilles et les jeunes pousses du Chapeau Chinois sont écrasées et posées sur les rhumatismes articulaires.

Partager.

Répondre