Le pavillon Bougenot

0

A foyal, glissé entre la très romano-baroque bibliothèque Schoelcher (1887), et le bien plus classique « Trianon » de la préfecture (1928) se love le pavillon Bougenot, splendide témoignage d’une architecture urbaine coloniale cossue. Depuis bien plus d’un siècle, il observe avec intérêt les vicissitudes d’une ville-capitale en proie à son histoire et aux grands bouleversements du monde.

Le pavillon Bougenot, porteur d’histoire

Il faut dire, qu’à son fondement même, il est une marque dans une histoire moderne économique et sociale bien mouvementée. Son propriétaire éponyme, un certain Emile Bougenot, aura participé à l’émergence et le développement des usines centrales dans les plaines agricoles du sud et du centre de l’île, à la fin du XIXe siècle. Appelé sur l’île pour l’installation de l’usine du Lareinty, il épouse la fille unique d’Eugène Eustache, propriétaire de la sucrerie du Galion, et devient rapidement l’incontournable actionnaire de la Martinique industrieuse de la canne et de la vapeur. Il installe dans le pavillon de la rue Victor Sévère, sa résidence et la direction de ses affaires commerciales.

Il laisse son nom au bâti, et à la ville de Fort-de-France un témoignage exceptionnel de l’architecture coloniale urbaine de la deuxième moitié du XIXe siècle. L’ensemble se caractérise par l’usage privilégié du fer forgé, en combinaison avec le bois et le béton. L’ensemble, majestueux, s’inscrit sur un soubassement en ciment, que la structure extérieure en métal permet d’alléger.

Une véranda circule tout autour de la bâtisse, et participe encore de l’aération globale de la ligne : les grandes ouvertures s’offrent au balconnet supérieur, laissant respirer un intérieur à l’élégance rare. La conception en bois et petits carreaux rappelle d’ailleurs fortement le bâti urbain traditionnel de cette seconde moitié de siècle, là où le fer forgé, en clin d’oeil de la bibliothèque baroque-art moderne voisine. Parquet ciré, frises et dentelles aux boiseries permettent d’habiller les vastes salles dessinées à l’intérieur du bâti. Le jardin répond finement à l’ensemble, en élevant des palmiers royaux élancés. L’ensemble permet une ligne épurée, et une architecture rafraichissante, au style colonial moderne et atemporel.

Une destinée… médiatique !

Et derrière cette paisible carrure coloniale, se dessine une destinée insoupçonnée. A la moitié du XIXe, au moment où le monde se déchire, il devient le siège de la propagande de la France occupée de Vichy. L’amiral Robert, qui impose à l’île la réalité du gouvernement de la collaboration et des restrictions, y installe ses Services de l’Information (sic). Au sortir de la guerre, la République s’inscrit dans l’immense chantier de la reconstruction. Les principes de la Résistance perlent dans le nouveau gouvernement français, qui promulgue en mai 1945 la nationalisation des radios privées en ondes moyennes. Sur l’île, Radio Martinique est rachetée par l’Etat, qui installe ses bureaux régionaux de la Radiodiffusion Française (RDF), exécutrice du monopole radiophonique… dans le pavillon Bougenot ! L’information publique reste policée, et n’est émise qu’une poignée d’heures dans la journée, encadrée par la préfecture. En 1949, la RDF quitte le pavillon Bougenot pour Clairière, refermant, pour un temps, l’histoire médiatique de la bâtisse.

Elle abrite alors pendant près de 30 ans les services sociaux du Conseil Général, avant de revenir à ses amours de connaissance. En 2004, le pavillon devient une annexe de la bibliothèque Schoelcher et s’attache à développer, en ces temps de démocratisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication, l’accès de la population aux savoirs numériques. Clin d’oeil de l’histoire, il se veut être une plateforme innovante de collecte, de diffusion et de partage de savoir : désormais, c’est à tout un chacun de venir construire et sélectionner en acteur de sa connaissance les flux d’information, près de 70 ans après les émissions policées et encadrées de la radio nationale publique.

Texte : Corinne DAUNAR – Photos : © DR

Partager.

Répondre