LA MAISON CHAPP

1

A Basse Terre, cette haute maison de ville qui fut en son temps l’une des plus belles, est aujourd’hui à l’abandon. Sa façade principale donne sur la Place de la Liberté, autrefois l’une des plus belles de la Guadeloupe, où s’alignaient trois rangées de hauts tamariniers. En 1767, le Comte de Nolivos, Gouverneur de l’île, fit aménager cette place, qui garda son nom, en lieu de promenade.

LES NÉGOCIANTS

En 1782, propriété de Victor Estiemble, négociant à Basse Terre, elle est revendue en 1787, au Créole Pierre Nicolas Angeron, également négociant et propriétaire d’une flotte de vaisseaux dont les capitaines géreurs naviguent dans les îles voisines et en Europe. La maison a la particularité d’avoir deux entrées sur deux rues parallèles.

RUE DU COURS NOLIVOS

Au n° 42, sa façade est en pierres volcaniques taillées, au rez-de-chaussée une vaste pièce est réservée au négoce, la maison étant face à la rade de Basse Terre. Au premier étage, la façade s’orne d’un balcon derrière lequel le salon a vue imprenable sur la place de la Liberté, que longent les calèches et les marchands ambulants.

La salle à manger donne sur la cour intérieure, carrelée de terre cuite et décorée d’un bassin. Au second, les chambres embellies de balconnets donnent sur le Cours Nolivos. L’ensemble est surmonté d’un toit mansardé couvert de tuiles, aujourd’hui de tôles, agrémenté de chiens assis et d’un petit édifice servant à guetter les mouvements des navires.

RUE DU DR CABRE

Une aile latérale accolée au mur arrière de la maison la relie au second bâtiment de la Rue du Dr Cabre. Sa façade est en pierres de rivière enduites, hormis les fenêtres en pierres volcaniques taillées. Au rez- de- chaussée, de part et d’autres du portail en bois à deux vantaux surmonté d’un balcon, sont disposés des chasses roues en pierres. Ce portail est encadré par deux fenêtres rectangulaires et deux fenêtres rondes à barreaux sous lesquelles des anneaux servent à attacher les chevaux.

L’entrée débouche sur une cour pavée et une galerie en pierres aux arcades soutenues par de majestueux poteaux. L’écurie est proche d’une cuisine voûtée avec cheminée, prolongée d’une seconde cuisine carrelée de faïences bleues ouverte sur la cour à l’abri de barreaux. Cette cour s’orne à droite d’une belle alcôve cintrée précédant un escalier en pierres à rampe métallique. A sa base deux bassins taillés dans la roche et prolongés d’une seconde alcôve, sont alimentés en eau par des tuyaux de plomb reliés à la fontaine du Cours Nolivos.

Au premier, de belles pièces de réception donnent sur la rue et sur la cour intérieure tout comme les chambres, situées au second étage, abritées derrière de hautes fenêtres à persiennes, enjolivées de garde-corps, dentelles en ferronnerie. Plusieurs personnes se succédèrent dans cette imposante bâtisse. Charles Le Dentu, Maire de Basse Terre de 1843 à 1846, y vécut. Vers 1960, la dernière occupante qui lui laissa son nom de famille était une dame âgée. Le 2 Février 1987, la maison Chapp fut inscrite aux Monuments Historiques.

Texte & Photos : © Angel St Benoit

Partager.

Un commentaire

  1. La dernière occupante fut madame Breslau Luciane née Ousselin à Marie Galante. Venu en Guadeloupe en tant que servante pour madame Chapp qui hérita de madame Chapp a sa mort. Elle occupa la maison jusqu’en 1989, date a laquelle le cyclone Hugo détériora la toiture de manière importante.

Répondre