Le jardin botanique & l’Habitation Trianon

0

A Basse-Terre en 1826, la Colonie loue vingt-cinq hectares de terres sur la propriété de l’Habitation Thillac. Le pharmacien et naturaliste Félix-Louis L’Herminier, qui avait été nommé le15 décembre 1819, naturaliste du Roi, devient directeur du Jardin Botanique. Pour cette fonction, il est rémunéré 6000 francs par an et se consacre à collecter des plantes durant ses divers voyages. La France va lui déléguer un jardinier, pour l’aider dans la création du futur jardin botanique. En 1827, le projet est mis en sommeil et Félix-Louis L’Herminier est remplacé dans ses fonctions par Monsieur Dupuy, le pharmacien de Marine, qui est également le chef du service pharmaceutique de la Guadeloupe. Non loin de l’Habitation Thillac se trouve l’Habitation Trianon, au coeur d’un hectare de terres. Cette propriété est achetée le 27 septembre 1881 par la Colonie qui prévoit d’y planter diverses espèces botaniques.

Trianon

Située à Circonvallation près de la Rivière-aux-Herbes, cette majestueuse demeure créole qui forme un U, est surmontée d’un étage. Montée en bardeaux de bois, son toit est recouvert d’essentes traditionnelles en bois. Ses portes fenêtres et fenêtres sont ornées de persiennes qui apportent une ventilation naturelle dans la demeure. Le portail de la propriété situé après le pont, est suivi d’une envolée de marches qui conduisent au logis. Dotée d’un magasin ainsi que de nombreux autres bâtiments, la case à eau et la cuisine se trouvent à l’écart, pour prévenir tous risques d’incendies. Il y a aussi une écurie non loin d’un préau où sont remisées les voitures. Dans le jardin, une petite fontaine en pierres volcaniques, laisse entendre son doux chuintement.

François-André Saint-Félix Colardeau

Après avoir fait des études de médecine en France, puis à Yale aux Etats-Unis, il obtient son Doctorat de Médecine dans le Maryland, à Oakland, ville dont il fut également maire. Revenu en Guadeloupe, où il possède une Habitation Caféière, le docteur se passionne également pour l’agronomie et reprend les rênes du Jardin Botanique en 1881, grâce à des fonds du Conseil Général. Il s’emploie à introduire de nombreuses variétés de plantes et fait aussi agrandir le jardin. En 1883, il est nommé membre de droit de la Chambre d’Agriculture par le directeur de l’Intérieur. François-André est aussi féru d’ornithologie et plus particulièrement des espèces de colibris. Outre ses nombreux centres d’intérêt, il occupe les fonctions de maire de la commune de Saint-Claude de 1871 à 1881, fait de nombreuses propositions dont la création d’un service de diligence entre Basse-Terre et Saint-Claude, achète au Libéria des plants de café… Il fait aussi aménager le jardin botanique en lieu de détente pour les promenades familiales du Dimanche. En 1933, le service de l’Agriculture gère le jardin où sont plantées des espèces ramenées des quatre coins du monde. Depuis celui-ci, une allée nous conduit à l’ Habitation Trianon, laquelle par le passé, a servi de résidence au Secrétaire Général de la Préfecture et a totalement été rebâtie en 1980. Elle est désormais connue comme « la Maison des Ainés ».

Texte & Photos : Angel St Benoit

Partager.

Répondre