Une cuisine de CARACTÈRE

0

La cuisine ouvre un prodigieux champ de possibilités dans lequel on pourrait se perdre sans quelques lignes directrices. Votre cuisine sera à votre image, pas de doute ni de compromis : à vous de puiser dans les multiples inspirations de quoi forger un vrai caractère à votre futur chef d’oeuvre !

Ça y est, vous avez déjà une idée de ce à quoi pourra ressembler votre future cuisine et avez plus ou moins délimité dans les grandes lignes sa physionomie générale. Reste désormais à lui donner de la consistance, autrement dit à affirmer son style. C’est une chose de la vouloir à votre image, mais encore faut-il préciser les contours de cette image !

Soigner sa mise en scène
On peut considérer l’aménagement de la cuisine comme une mise en scène dont vous serez à la fois le directeur artistique et l’un des acteurs de la pièce. Comme dans toute bonne scénographie, tout commence par une bonne occupation de l’espace. Si vous avez la chance de disposer d’une surface importante, le challenge sera de bien ventiler l’ensemble des éléments de la cuisine.

Un plan en L, par exemple, a le mérite de dégager la perspective et le volume dans une vaste pièce ; l’effet recherché : créer une sensation de large ouverture. Les espaces de dimensions plus modestes, voire les petits espaces (on pense notamment aux appartements), ne sont pas condamnés à se contenter d’un coin étriqué, anecdotique.

On peut très bien jouer avec l’espace, quitte à bousculer certains codes habituels. Et si vous preniez le contre-pied des conventions pour venir loger votre cuisine dans des endroits qui pourraient sembler insolites sur le papier mais qui donnent de sacrés rendus même en image de synthèse : par exemple à proximité d’un escalier : on peut même intégrer des rangements malins, des niches, pour certains éléments comme le four sous l’escalier même !

Autre emplacement original, sous les combles. Là aussi, la cuisine saura tirer parti du volume exigu qui lui incombera. Il s’agira d’utiliser toute la hauteur sous plafond ou en tout cas d’une très grande partie ou encore d’occuper de manière optimale l’angle biscornu caractéristique de ces espaces à réinvestir.

Mariage des genres
Quel que soit le volume considéré, on a bon espoir de sceller un mariage des genres réussi en ouvrant la cuisine sur un salon, voire deux espaces attenants, histoire de passer du séjour à la cuisine ou bien d’insérer cette dernière entre living et salle à manger ; et surtout de quoi bénéficier du meilleur des deux mondes, des deux espaces : souvent c’est un îlot qui jouera le rôle d’ambassadeur tout indiqué, d’interface pivot, entre les diverses parties. Ce sera l’occasion de faire entrer couleurs et matières des pièces en résonance ou miser sur la démarcation pour trancher sans effet criard. Si l’on opte par exemple pour une dominante blanche pour l’ensemble des meubles, une touche de rouge pour un élément d’électroménager comme un four ou une hotte aura le bonheur d’égayer la cuisine comme sa voisine, à l’instar d’un astre bienveillant. La cuisine se fond dans le salon, certes, mais sans pour autant perdre son identité : son territoire est clairement marqué. Le mélange des genres est tout aussi heureux en cas d’intégration d’une cuisine et d’équipements contemporains dans un cadre traditionnel, comme dans le cas de l’association intemporelle du blanc et du bois : par exemple des lignes modernes qui viennent rehausser une structure en chêne.

Autre effet de style à tester, si vous souhaitez placer votre cuisine au centre des attentions comme un bijou dans l’écrin d’un séjour, optez pour une cuisine à l’image d’un Grand Chef : tout en inox avec un évier parfaitement moulé dans le plan de travail. Un inox de qualité 304, appelé également inox alimentaire ; il est brossé, ce qui lui confère sa finition mate. Résistant à des températures élevées, ce matériau présente une résistance à la corrosion et ne retient pas la saleté. L’inox entre aussi dans la composition d’un concept qui commence à faire une place dans les cuisines de l’île et bluffera vos visiteurs qui croiront avoir affaire à des façades en bois alors qu’il s’agit bien de meubles en acier inoxydable. On apprécie ses caractéristiques anti-feu, anti-moisissures, sans déformations ni gonflements et sans formaldéhyde même en présence d’eau. Sa structure interne en nid d’abeille réduit la charge sur les charnières. Modulaires, ce genre de meubles vous offrent la possibilité de choisir parmi des tiroirs et des armoires en fonction de vos besoins.

La finesse du sur-mesure
Des rangements pratiques et fonctionnels, c’est en effet le mot d’ordre des cuisines contemporaines. A vous de composer votre cuisine sur-mesure en choisissant par exemple les éléments qui la composeront sous forme de kits à assembler : notamment les caissons qui existent en plusieurs dimensions et peuvent être pré-percés pour la base de vos futurs meubles de rangement. Le plus : peaufiner l’accessoirisation, le niveau d’équipement intérieur, les façades, les poignées… On se laisse séduire par les tiroirs à ouverture totale pour avoir accès aux moindres recoins tout en passant inaperçu une fois la porte refermée.Des tiroirs qui s’adaptent en largeur, hauteur et profondeur. Discrétion et fonctionnalité vont ainsi de pair. Des coulissants étroits mais où peuvent se loger de nombreuses bouteilles ; on peut pousser encore plus loin l’option gain de place en incorporant un tiroir dans l’épaisseur même du plan de travail ! Un des grands défis de la cuisine (et de l’aménagement intérieur en général d’ailleurs) est de déterminer comment mettre à profit les angles, ces volumes difficiles à organiser et que l’on aurait ainsi tendance à négliger. En cuisine, une perspective intéressante est offerte par le meuble d’angle qui optimise au mieux ces espaces trop souvent perdus. Les meubles celliers d’angle vous aideront à ranger vos accessoires et ingrédients et à y avoir accès en un tour de main, surtout les modèles dotés de carrousels à porte solidaire des plateaux qui s’escamotent à l’intérieur du meuble. A l’intérieur, des séparateurs amovibles dont le rôle est de délimiter l’emplacement des couverts, bouteilles ou encore ces très encombrants couvercles que l’on a du mal à ranger une fois la marmite occupée ailleurs. Le must : l’éclairage en option lors de l’ouverture !

Discrétion et ergonomie
Les spécialistes recommandent de regrouper les éléments dans un triangle, voire un quadrilatère qui condense l’essentiel des fonctionnalités : la cuisson à proprement parler (feux, plaques de cuisson, fours), la préparation des aliments (plan de travail et évier), ainsi que la conservation que l’on peut subdiviser en deux zones : pour le froid (réfrigérateur et congélateur) et pour le stockage (au sec). Pour suivre ces conseils, autant visualiser votre cheminement à l’intérieur de l’espace à construire. On pense à la circulation : un débattement est indispensable devant les éléments ; on doit pouvoir ouvrir les portes et tiroirs sans gêne et sans avoir à se contorsionner. Sachez aussi que les hauteurs des éviers et des plans de travail peuvent se régler en fonction de votre taille ou en bien de la taille moyenne des utilisateurs. Cela vaut également pour un équipement que l’on a souvent l’habitude de trouver en version basse (ce qui oblige certains grands à se pencher pour le remplir ou le vider) alors qu’il peut très bien être disponible en hauteur, intégré par exemple dans un meuble de rangement d’angle.

Outre le mobilier, ce sont toutes les surfaces qui s’essaient volontiers au défi de l’aménagement futé, comme pour les rangements en suspension. Des racks à suspendre façon plafonnier ovale pour mettre les ustensiles du quotidien en lévitation au-dessus de nos têtes mais solidement retenus par des maillons de suspension et des crochets en fonte, et voilà le sort d’une grande partie de vos casseroles et ustensiles réglé !

En panne d’inspiration ?
Testez le système, très pratique, des paniers accrochés à la crédence retenus par une glissière et où viendront se nicher les spatules, petits flacons ou salière pour préparer une quiche ou une tarte. On n’oublie pas enfin l’électroménager, bien aidé par une automatisation plus poussée. Les éléments hauts des meubles se présentent ainsi avec des systèmes relevables qui généralisent de plus en plus l’ouverture et la fermeture faciles, assistées. La sophistication suprême bascule vers le tout motorisé, grâce à une télécommande encastrée dans le meuble ou la crédence et une multiprise qui peut se faire discrète lorsque l’on ne l’utilise pas et se rétracter dans le plan de travail. L’ensemble de l’électroménager se rangera avec bonheur dans un bloc armoire, de quoi mettre en sécurité et hors de portée des enfants vos machines à café ou encore vos robots de cuisine multifonctionnels.

Texte : Carpe Diem

Partager.

Répondre