L’ÉVÊCHÉ DE BASSE-TERRE

0

Le diocèse de Guadeloupe et Basse-Terre, qui jouxte la Cathédrale Notre-Dame de Guadeloupe, est promulgué le 27 Septembre 1850, par la Bulle d’érection du Pape Pie IX. Dépendant de l’Archidiocèse de Bordeaux jusqu’en 1905, il relève de la Sacrée Congrégation de « Propaganda
Fide » qui l’a confié à la Congrégation du Saint- Esprit en 1912. Subordonné de Fort-de-France depuis 1967, il est administré par le clergé diocésain depuis 1970. Deux autres évêchés sont érigés dans les Colonies l’un à Fort-de- France à la Martinique, l’autre à Saint-Denis à la Réunion. Jusqu’en 1857, l’Etat loge les évêques et leur fournit le mobilier. Le diocèse de Guadeloupe et Basse-Terre est renommé en 1951 « Diocèse de Basse-Terre et Pointe-à-Pitre », incluant Basse-Terre, Grande-Terre, Les Saintes, La Désirade, Marie-Galante, Saint-Barthélémy ainsi que la partie française de l’île de Saint-Martin.

Le premier évêque

Mgr Pierre Marie Gervais Lacarrière (1808/1893) nommé premier évêque de Guadeloupe en 1850, démissionne le 30 Décembre 1852, prenant le titre « d’Evêque émérite de Guadeloupe et Basse-Terre ». Il réside au Palais Episcopal bâti entre la Cathédrale et la Rivière-Aux-Herbes. Depuis la rue, l’ensemble aux toits recouverts d’essentes est alors protégé par des grilles métalliques peintes en blanc. L’entrée qui donne sur la rue est soulignée de hauts poteaux en pierres volcaniques qui sont surmontés par des cache-pots en fonte. De grands manguiers apportent ombre et fraicheur au jardin.

De nos jours

Bien fleuri, abritant une fontaine en son centre, il est parcouru d’allées décorées de « dobann » anciennes jarres à eau. Le bâtiment principal orné de fenêtres à jalousies est surmonté d’un étage et de combles. Une pierre porte la date « 1856 » en chiffres romains. Au rez de chaussée, dans la « Salle du Trésor » sont exposés des panneaux retraçant les étapes de la vie religieuse en Guadeloupe et divers objets liturgiques prêtés par les communes de l’île : des ciboires (l’un d’eux créé par l’orfèvre Parisien Guillaume Loir en 1748), des ostensoirs dont l’un doré est offert par J. Barbier en 1704, des calices, des Croix de processions. On peut aussi admirer une crosse style Renaissance Italienne offerte par Napoléon III à Mgr Forcade ; des habits liturgiques, le tableau de la Vierge-de-Guadalupe restauré. A droite de cette salle un grand escalier en bois mène à l’étage, aux murs sont exposés les portraits successifs des évêques ayant exercé depuis Mgr Lacarrière jusqu’à Mgr Cabo, douzième évêque du Diocèse. Dans un petit salon/ bibliothèque agencé de meubles créoles est exposée la bulle Papale et son sceau en plomb. L’ouverture côté rue a par la suite été fermée pour y construire un quatrième bâtiment surmonté d’un étage. Il abrite en son centre une haute statue de Notre-Dame de l’Assomption qui se trouve devant des appartements privés. Une pierre ancienne gravée « 1755 » est apposée sur le mur près de la chapelle de l’Evêque située dans l’aile gauche. Son entrée est encadrée de statues en bois. Elle côtoie une grande salle agencée de meubles créoles. Aux murs sont exposés des tableaux retraçant l’arrivée de Christophe Colomb et l’évangélisation de l’île. A l’opposé, dans l’aile droite se trouvent un salon et le secrétariat.

Aujourd’hui notre Evêque est Monseigneur Jean- Yves Riocreux, qui a été nommé par le Pape Benoit XVI le 15 Juin 2012.

Texte & Photos : Angel St Benoit

Partager.

Répondre