CHOISIR SA HOTTE ASPIRANTE

0

Bien que figurant au rang des appareils électroménagers, la hotte se voit toutefois attribuer une fonction esthétique dans la cuisine, bien souvent pièce ouverte et coeur de la maison.

Les différents types de hottes permettent de s’intégrer à tous les types d’ambiance et de répondre aux besoins de chaque utilisateur.

La hotte casquette, constitue le modèle le plus courant avec des tarifs très accessibles. Elle peut être placée sous un meuble ou fixée au mur. La hotte encastrable de plan de travail s’intègre, comme son nom l’indique, dans le plan de travail, derrière l’élément de cuisson ou sur le côté. Les versions murales et décoratives s’adressent tout particulièrement aux cuisines ouvertes. Elles apportent la touche design et sont disponibles en pléthore de formes, de matériaux, de coloris. La hotte îlot peut s’installer sans avoir besoin de mur car elle se place au-dessus de la plaque de cuisson. Elle participe généralement à la décoration de ce type de cuisine avec ses formes et ses matériaux variés. Le groupe filtrant s’encastre généralement dans un meuble ou dans une hotte maçonnée. Seule la grille de filtration reste visible. Plus discrètes, les hottes tiroir sont intégrées dans un meuble. Elles ne laissent voir que le bandeau et s’allument dès l’ouverture du tiroir. Quant aux escamotables, intégrées dans un meuble, elles sont également invisibles lorsqu’elles ne sont pas en marche.

Pour une fonction optimale, plusieurs critères sont à prendre en compte entre la dimension, le débit et le mode d’aspiration. La dimension peut être imposée par les contraintes d’installation. Pour un modèle encastré ou tiroir, sa dimension sera définie par le meuble dans lequel il sera intégré. Les hottes casquette ou décoratives s’installent indépendamment du mobilier de cuisine et s’avèrent ainsi moins contraignantes en terme d’installation. Quant à la gamme destinée à un îlot, elle offre une kyrielle de possibilités.

Les modes d’évacuation

L’évacuation des fumées chargées de graisses vers l’extérieur peut s’effectuer grâce à un conduit. Ce mode est à privilégier si vous résidez dans une maison car il permet de bénéficier d’une aération plus puissante. De plus, il nécessite moins d’entretien et s’avère moins coûteux du fait de l’absence de filtre à charbon. Seul le filtre à graisse est impératif. Ce dernier capture les graisses des fumées et les vapeurs de cuisson. Il peut être métallique et lavable en lave-vaisselle ou synthétique. Le mode recyclage intervient si aucune évacuation extérieure n’est possible comme cela peut être le cas en appartement. La hotte fonctionne alors en circuit fermé. Les graisses passent, en plus du filtre à graisses, par un filtre à charbon actif qui absorbe les odeurs et désodorise l’air avant de le renvoyer ensuite dans la cuisine. Pour ce mode d’évacuation, un entretien est nécessaire afin d’éviter d’être incommodé par les odeurs de cuisine persistantes ; les filtres à charbon doivent être renouvelés selon les indications du fournisseur (entre 4 et 6 mois, voire plus souvent si vous êtes amateurs de fritures). Certaines hottes sont dotées d’un voyant de saturation de filtre qui indique le moment de changer ou de nettoyer le filtre.

Pour calculer le débit d’air nécessaire :

– (largeur x longueur x hauteur) x 10 en mode évacuation

– (largeur x longueur x hauteur) x 20 en recyclage.

Le niveau sonore, à ne pas négliger

Il constitue un critère essentiel car il diffère selon le modèle ; les plus silencieux émettent entre 35 et 50 décibels. Les plus bruyants peuvent atteindre 70 dB. Les fabricants ont l’obligation d’indiquer le niveau sonore.

Nos conseils : Pour évacuer les odeurs persistantes de cuisine dans la maison, laissez fonctionner la hotte quelques minutes après la fin de la cuisson. Certaines hottes sont d’ailleurs dotées d’une fonction arrêt différé. Adaptez la puissance de la hotte aux cuissons : passez en mode faible pour les plats mijotés et en mode maximum pour les fritures et grillades.

Texte et photos : © Christine Morel

Partager.

Répondre